VINNOTEC : des technologies de pointe au service de la viticulture

Le monde des vins n’échappe pas au besoin de moderniser ses structures et ses filières. Dans le Languedoc-Roussillon, la coopération entre recherche publique et privée a permis de développer des outils et services innovants pour les différents maillons de ce secteur. Des innovations dont les bénéfices ne se limiteront pas aux frontières de la région.

Autres outils

 
Vignes de l’Unité expérimentale du domaine de Pech Rouge, géré par Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), à Gruissan (France). © A. Gobrecht Vignes de l’Unité expérimentale du domaine de Pech Rouge, géré par Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), à Gruissan (France). © A. Gobrecht

« Une des spécificités des producteurs de vin du Languedoc-Roussillon réside dans le fait qu’ils se rassemblent, plus que dans d’autres régions, en caves coopératives. Ces caves ont-elles même fusionné depuis une dizaine d’années car on assiste, comme dans tout le secteur agricole, à des restructurations. Dans un marché de plus en plus concurrentiel, tout ceci nécessite de nouveaux outils et de nouveaux équipements », explique Alexia Gobrecht, responsable du projet Vinnotec à l’Irstea (ex Cemagref). « Il s’agissait de favoriser un consortium public-privé, rassemblant des centres de recherche, des grandes entreprises et des petites et moyennes entreprises (PME), pour faire émerger des outils innovants. »

Evaluer pour innover

La première étape du projet est de fournir aux producteur des outils qui permettent d’« enquêter sur le  terrain » : dans les vignes (caractérisation des parcelles, suivi du raisin) et dans les caves (caractérisation des lots de raisin récoltés, suivi et pilotage des process, traçabilité). Ce travail permet d’évaluer les potentialités viticoles de la région, mais aussi de se rendre compte de l’important besoin d’information en temps réel sur l’état des vignes et du vin. Dans une seconde phase, les acteurs de Vinnotec mettent alors au point une dizaine d’outils et de services permettant de suivre constamment la santé, le potentiel qualitatif des vignobles et d’améliorer l’aide à la décision.

Du satellite au portable

Ainsi Œnoview utilise des images satellitaires pour offrir un service de télédétection appliqué à la viticulture. Il délivre, par exemple, des informations avant les vendanges, qui permettront de récolter chaque vignoble à maturité, d’adapter les vinifications à la qualité du raisin, d’obtenir des profils de vins caractéristiques, de sélectionner et de redéfinir des parcelles.

La maturité du raisin peut également être évaluée à l’aide d’un capteur portable et géolocalisé, aussi léger qu’intelligent, le Spectron™. Ce spectromètre est couplé à un logiciel de modélisation permettant notamment au viticulteur d’évaluer la valeur moyenne d’une parcelle (teneur en sucre, acidité, teneur en eau, etc.) et d’estimer la date optimale de la récolte.

Dans le domaine du software, Agreo vins est la première application web du secteur viticole. Cet outil  propose, entre autres, le suivi  en temps réel des cuves dans le chai.

« Il s’agit d’innovations dont les coûts peuvent varier sensiblement, mais qui sont toujours très pointues », conclut Alexia Gobrecht. « Nous pensons qu’elles intéresseront le monde viticole, bien au-delà de notre région. »

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «VINNOTEC : L’innovation au profit de la filière viti-vinicole » dispose d’un investissement total de 3 900 000 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 768 000 EUR pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

24/02/2014