Enjeu stratégique pour l’emploi en Méditerranée, le secteur nautique renforce ses atouts grâce à la coopération franco-italienne développée par le projet Serena

'Services renforcés pour l’emploi et les compétences dans le secteur nautique’. Tels sont les objectifs explicites que recouvre l’acronyme du projet franco-italien Serena.

Autres outils

 
Le projet franco-italien Serena renforce le secteur nautique et met en avance les compétences clés liées à l’avenir.© Archivio fotografico della Provincia della Spezia Le projet franco-italien Serena renforce le secteur nautique et met en avance les compétences clés liées à l’avenir.© Archivio fotografico della Provincia della Spezia

" Serena est un projet qui a mobilisé trois secteurs : le nautisme, les services pour l’emploi et la formation professionnelle, cherchant à en améliorer les liens afin de renforcer l’emploi. La dimension transfrontalière du projet a permis de repositionner la mer au sein des réflexions et stratégies de développement local des régions nord-tyrrhéniennes membres du Programme Italie/France Maritime. "

Olivia Zocco, coordinatrice du projet Serena, Funzionario Politiche Communitarie della Provincia della Spezia

Le projet Serena vise à renforcer la coopération et l’attractivité du secteur nautique dans la zone Haute-Tyrrhénienne (Toscane, Sardaigne, Ligurie, Corse). Tablant sur les compétences complémentaires de ces quatre régions, il favorise la mobilité transfrontière et la création d’emplois spécialisés.

Le projet s’est développé en trois phases : l’analyse du secteur, la définition d’une méthodologie partagée en matière de formation professionnelle et de marché du travail, ainsi que la mise en place d’outils communs dans ces domaines.

La carte transfrontalière du nautisme

L’analyse a permis la réalisation d’une « carte frontalière du nautisme » présentant les différentes déclinaisons du secteur (conception et construction de bateaux, navigation, plaisance), les tendances de son développement, l’identification des compétences et des aptitudes requises par les entreprises et l’identification de certaines professions clés dans chacune de ces régions.

Cette mise en perspective a débouché sur trois outils destinés à améliorer l’emploi et la formation : un répertoire conjoint des métiers de la mer, l’élaboration de standards de formation, un logiciel pour l’orientation professionnelle afin d’optimiser la rencontre entre l’offre et la demande d’emploi.

Par ailleurs, différents outils d’information destinés aux jeunes, des actions de sensibilisation et de communication ont donné une plus grande visibilité à ce secteur aux multiples facettes. Le projet Serena a mis en valeur les compétences clés liées à l’avenir, comme l’innovation technologique (applications de la domotique dans les embarcations), l’économie verte (moteurs à faible émission), ou encore l’internationalisation du marketing.

Une méthodologie commune

Les partenaires proposent une méthodologie commune de travail pour les services pour l’emploi et la formation professionnelle. Ils ont publié un « répertoire conjoint des professions de la mer » et des « standards de formation » qui favorisent la mobilité et l’emploi. Une seconde phase du projet vise au développement de deux réseaux transfrontaliers offrant des guichets d’information spécialisés et des pôles de compétence techniques relatives aux segments clés de la filière nautique dans la zone Haute-Tyrrhénienne.

Investissement total et contribution de l’UE

L’investissement total du projet Serena s’élève à EUR 1 500 000 et la contribution du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) à EUR 1 125 000 pour la période 2007-2013 au titre du programme opérationnel transfrontalier Italie-France Maritime.

Date de rédaction

12/12/2014