Le projet SYSIASS se rapproche de la création de fauteuils roulants véritablement intelligents

Le projet SYSIASS (système intelligent et autonome d'aide aux soins de santé) est à l'origine d'un fauteuil roulant intelligent dont la conception démontre que les technologies de l'information peuvent contribuer à davantage d'inclusion sociale et à des soins de santé de meilleure qualité. L'utilisateur a le choix entre un mode de conduite manuel ou automatique. De plus, le fauteuil roulant est à même d'effectuer une mise à jour automatique des données de santé du patient afin d'en garantir le suivi en dehors du contexte hospitalier.

Autres outils

 
coordinateurs et volontaires du projet SYSIASS © SYSIASS coordinateurs et volontaires du projet SYSIASS © SYSIASS

" Le projet SYSIASS (système intelligent et autonome d'aide aux soins de santé) a été une formidable occasion de constituer un réseau au sein duquel développer des produits plus innovants grâce au savoir-faire d'une équipe pluridisciplinaire et multiculturelle. Des liens professionnels solides se sont ainsi créés et nous ont permis d'identifier des centres d'intérêts communs. Résultat: l'environnement de travail dans lequel nous avons évolué, fait de repères culturels différents mais aussi de points communs, nous a enseigné énormément de choses, notamment pourquoi et comment nous fonctionnons. Nous avons appris à travailler ensemble à la réalisation d'un objectif commun. "

Anne-Marie Kokosy, ISEN

Inclusion sociale

L'ambition des responsables du projet était de concevoir un fauteuil roulant offrant une plus grande autonomie aux personnes handicapées ou à mobilité réduite et leur permettant de se mouvoir plus librement dans leur environnement à l'aide d'un moyen de locomotion plus sûr et plus «intelligent». Il est évident que le fait de pouvoir se déplacer sans dépendre d'autrui est non seulement bénéfique à la qualité de vie des personnes en fauteuil roulant mais octroie aussi un peu de répit à leurs familles et au personnel des services de soutien.

Si, d'un côté, le handicap et les obstacles à la mobilité reculent grâce à des traitements médicaux plus pointus et des modes de vie plus sains, il est indéniable que la population européenne vieillit et que d'ici à 2020 plus de 25 % des Européens seront âgés de plus de 60 ans. Ce vieillissement de la population et l'allongement de l'espérance de vie signifient que de plus en plus de gens auront besoin d'une aide à la mobilité. Dans ce contexte, il est indispensable que les politiques de l'UE œuvrent en faveur d'une meilleure qualité de vie des personnes âgées et leur permettent de vivre de la manière la plus autonome qui soit.

Usage hospitalier

Le dispositif intégré de partage d'informations médicales constitue un volet important du projet puisque cette interface assure la transmission et le partage des données médicales du patient. Des recherches approfondies ont été nécessaires pour veiller au respect des critères de sécurité des données et s'assurer que le dispositif ne génère pas d'interférences avec d'autres dispositifs médicaux.

Des tests cliniques ont été effectués dans des hôpitaux britanniques et français, ainsi que dans une école pour élèves handicapés. En effet, il est fort à parier que cette collaboration transfrontalière sera le gage, pour les partenaires du projet, d'aboutir à des résultats qui pourront être transposés dans d'autres pays.

Développement du projet

Les tests réalisés en France ont mis en évidence deux nouveaux défis majeurs. Tout d'abord, les utilisateurs ont estimé que la manière, somme toute rudimentaire, par laquelle le système de capteurs contrôlait le ralentissement et l'arrêt du fauteuil face à un obstacle n'était pas suffisamment aboutie. Ensuite, ils ont indiqué que, pour éviter les collisions, il était absolument crucial que le fauteuil soit en alignement parfait avec l'ouverture de la porte. Voilà pourquoi l'équipe de chercheurs a mis au point un deuxième système qui a été testé à l'hôpital de Canterbury, au Royaume-Uni.

Pour juger de la qualité du dispositif d'aide à la conduite, la participation de volontaires souffrant d'un traumatisme crânien a été un atout précieux. En tant qu'utilisateurs expérimentés, ils ont estimé que ce dispositif serait très utile aux personnes qui apprennent à conduire un fauteuil roulant et à celles qui ont du mal à en contrôler les mouvements plus subtils. Les suggestions formulées par les volontaires ont été très utiles au projet SYSIASS et ont permis l'apparition de nouvelles idées pour les prochaines étapes.

Investissement total et financement de l'UE

Le projet «SYSIASS - Autonomous and Intelligent Healthcare System» a fait l'objet d'un investissement total de 2 466 400 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s'élève à 1 233 200 EUR au titre du programme opérationnel «des deux mers» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

19/10/2015

Vidéos