Un nouveau campus universitaire pour la Guyane

Le Pôle universitaire guyanais a été créé suite à une poussée attendue de la demande.
Répondant à une augmentation de la population étudiante (de 2 500 étudiants en 2009, il est prévu qu’elle passe à 4 500 étudiants en 2015), ce nouveau projet est perçu comme un investissement viable dans l’économie guyanaise du savoir.

Autres outils

 
Le nouveau centre universitaire, à la pointe de la modernité, permet le transfert de connaissances. Copyright: Département Europe Le nouveau centre universitaire, à la pointe de la modernité, permet le transfert de connaissances. Copyright: Département Europe

«Grâce à ce projet, les étudiants de Guyane ont désormais un choix de cursus plus vaste, les chercheurs couvrent de nombreuses disciplines nouvelles et le centre universitaire a acquis de l’autonomie en termes de gestion.»
Olivier Huisman

Spécialisé dans des domaines allant de la gestion foncière durable aux maladies infectieuses tropicales, le nouveau campus a réuni deux instituts de recherche et d’enseignement supérieur à Cayenne.

Un environnement éducatif florissant voit le jour

Les installations délabrées ont cédé la place à un nouveau centre universitaire des plus modernes, abritant l’université des Antilles et de Guyane (UAG) et l’institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de la Guyane.

L’UAG est divisée en trois composantes:

  • L’institut universitaire technologique (IUT) propose des cursus diplômants de deux ans en génie électrique, informatique industrielle, techniques de commercialisation et télécommunications;
  • L’institut d’enseignement supérieur de la Guyane (IESG) propose des cursus jusqu’au niveau licence, notamment en droit et sciences politiques, économie et gestion, lettres et sciences humaines;
  • L’unité de formation et de recherche des sciences médicales, spécialisée entre autres dans l’étude de la médecine tropicale.

L’IUFM prépare les étudiants en vue du passage des concours très sélectifs permettant d’entrer dans l’éducation nationale. Cette formation offrira de nombreux débouchés en Guyane pour les années à venir.

Investir dans la recherche locale

L’une des grandes ambitions de ce projet consiste à débloquer le potentiel de la recherche locale. La biodiversité, la gestion foncière durable, la culture et la société en Amazonie, les maladies infectieuses tropicales et l’écologie de la santé sont étudiées dans le but de renforcer les connaissances locales.

Le centre universitaire cherche également à être reconnu aux niveaux national et européen et à établir une collaboration étroite avec ses voisins d’Amérique latine. Le Pôle universitaire guyanais, groupement d’intérêt public qui réunit l’État, les départements guyanais, les établissements publics locaux et plusieurs universités, notamment des universités et instituts de Toulouse et Montpellier, est à l’origine de cette démarche.

Des études à la vie active

Les entreprises devraient également profiter des retombées de ce projet, puisque la création d’une pépinière d’entreprises permettra le transfert des connaissances, donnant ainsi un coup de fouet à l’innovation et au développement économique.


Date de rédaction

14/12/2010