Des ressources naturelles au secours de la montagne

Protéger la montagne de l’érosion et améliorer l’environnement local, tel est l’objectif principal du projet Ecovars mis en œuvre par le Conservatoire botanique des Pyrénées et de Midi-Pyrénées. Avec l’aide de l’UE, ce projet s’est employé à revégétaliser des sites après divers travaux de construction. Avec l’ensemencement des alentours des nouvelles stations de ski et des nouvelles routes, les responsables du projet cherchent à protéger les Pyrénées et à leur redonner des pentes verdoyantes.

Autres outils

 
La recherche au service des paysages alpins La recherche au service des paysages alpins

«L’une des plus grandes réalisations du projet est la création d’un réseau d’un large éventail d’acteurs: chercheurs, administrateurs, responsables de stations de ski, autorités territoriales, agriculteurs, associations, écoles, etc. Tous ont été informés du projet de revégétalisation et ont pris conscience de l’importance de la préservation des Pyrénées durant la rénovation. Aujourd’hui, tous promeuvent cette approche et certains développent leur propre projet autour de bonnes pratiques de revégétalisation.»
Gérard Largier, directeur, Conservatoire botanique pyrénéen

Grâce à des partenariats établis avec des experts spécialisés en production de semences, en conservation botanique et en génétique, les acteurs du projet ont pu appliquer les meilleures solutions écologiques dans la région des Pyrénées. Des espèces locales sont replantées pour construire une protection durable contre l’érosion.

Revégétaliser pour protéger

L’idée d’utiliser des plantes locales remonte aux années 1990, et a été mise en œuvre dans de petits sites du Parc national des Pyrénées. Le Conservatoire botanique pyrénéen a ensuite recommandé son déploiement massif dans toute la chaîne des Pyrénées, en particulier pour revégétaliser les sites de construction des stations de ski.

Le Conservatoire s’est associé à un généticien de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) pour créer le projet Ecovars. Les deux partenaires ont mis le projet en œuvre avec le concours de l’instance chargée de la coordination du développement agricole dans les Pyrénées (SUAIA-P). Le Conservatoire a mis à profit son expertise en conservation de la nature, le SUAIA-P, son expertise en production de semences et l’INRA, son expertise en génétique et en science sociale.

Du Parc à l’ensemble du massif pyrénéen, le volume de semences requis a augmenté et a nécessité la production de semences de plantes locales. Les partenaires se sont mis au travail pour accomplir leurs trois objectifs: choisir et recueillir des espèces d’origine locale, étudier la nature locale compte tenu de la différenciation génétique des espèces ciblées dans le massif et produire les semences.

Partager les connaissances

Pour la revégétalisation, choisir des espèces extérieures au massif peut accroître le risque d’une mauvaise adaptation et faire peser une menace sur la survie des plantes locales. Il était donc essentiel de recourir aux services d’un large éventail d’experts pour évaluer la complexité et la spécificité des projets de revégétalisation et trouver des solutions appropriées.

Pour garantir le déploiement systématique des techniques spéciales de revégétalisation après la réalisation de travaux, les partenaires du projet Ecovars coopèrent avec les responsables de stations de ski et les autorités locales pour les aider dans cette entreprise et leur fournissent des semences.

Date de rédaction

21/01/2010