Un port insulaire dévasté retrouve un visage

Fortement dépendante du tourisme, Saint-Barthélemy, île des Caraïbes, a connu une catastrophe majeure en octobre 2008, lorsqu’un ouragan de catégorie trois détruisit des parties essentielles de son port principal, Gustavia. Pourtant, un peu plus d’un an après, cette marina reprenait déjà ses activités grâce à la reconstruction et au renforcement de son quai de bord de mer.

Autres outils

 
S’amarrer en toute sécurité S’amarrer en toute sécurité

«Depuis le passage du cyclone Omar en octobre 2008, le port de Gustavia a retrouvé sa gloire d’antan, pour le plaisir de ses habitants et des milliers de touristes qui y flânent régulièrement.»
Yanick Beaud, directeur du Service des territoires, de la mer et du développement durable de la Préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin

La réfection du port et d’autres travaux connexes, financés en partie par l’UE, ont duré six mois et ont donné naissance à un agréable ponton long de 170 mètres, qui dessert les nombreux bateaux du port et les visiteurs venus s’y détendre.

Un nouveau quai en béton

La petite île de Saint-Barthélemy se situe à plusieurs centaines de kilomètres au nord-ouest de la Guadeloupe. Elle a le statut de collectivité d’outre-mer française, et fait à ce titre également partie de l’UE.

Comme toutes les îles des Caraïbes, Saint-Barthélemy a l’habitude des ouragans, qui la frappent régulièrement dans les derniers mois de l’année. Fin 2008 toutefois, alors que la plupart des habitants pensaient avoir échappé aux pires tempêtes, l’ouragan Omar vint balayer l’île aux petites heures du 16 octobre, frappant son port de rafales de vent atteignant 140 km/h. Des vagues de sept mètres de haut ont également été enregistrées.

Ces conditions climatiques extrêmes, accumulées, ont provoqué de graves dégâts dans le port et dans ses environs, inondant les bâtiments, coulant plusieurs bateaux et détruisant entièrement le quai de bord de mer en bois. À la suite de cette catastrophe, un projet a rapidement été mis sur pied pour accélérer les plans de remplacement du quai, déjà prévu, en raison de l’importance vitale que celui-ci représentait pour le port et l’île en général.

Les travaux ont débuté en juin 2009 et se sont achevés en décembre de la même année, et ont principalement consisté à reconstruire la totalité du ponton de Gustavia en posant des plaques de béton armé sur d’épaisses fondations ancrées dans le fond de la mer.

Un système destiné à atténuer l’impact des vagues, constitué de blocs de pierre, a été installé pour protéger le quai contre les futures tempêtes. Des piliers de soutènement ont également été ajoutés pour renforcer la structure dans son ensemble et prévenir tout affaissement de la route voisine.

Fonctionnel et agréable

Aujourd’hui, Gustavia est fière du nouveau ponton de sa marina, qui présente des améliorations par rapport au précédent. Long de 170 mètres et large de trois mètres, celui-ci constitue l’une des structures clés du port et propose jusqu’à 40 postes d’amarrage pour bateaux de plaisance ou de pêche.

Le quai a fait l’objet d’un aménagement soigné et est bordé de palmiers, de fleurs et de bancs. Il est orné d’un dallage irrégulier ainsi que de pontons en pierre et en bois équipés d’un accès à l’eau et à l’électricité pour les bateaux amarrés. Ce quai se révèle bien plus qu’une installation fonctionnelle, puisque l’on peut y voir touristes et habitants s’y promener gaiement de jour comme de nuit.

Date de rédaction

21/05/2010