La solidarité entre les villes: une approche constructive face aux problèmes économiques et sociaux

Dans la banlieue nord de Paris, l’agglomération de Plaine Commune a adopté une stratégie innovante pour endiguer les taux élevés de chômage et de pauvreté observés dans les huit municipalités qui la composent.

Autres outils

 

Créée en 2010 et constituant l’une des principales structures intermunicipales de la région parisienne, la Communauté d’agglomération de Plaine Commune regroupe huit municipalités (Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, La Courneuve, l’Île Saint-Denis, Pierrefitte, Saint-Denis, Stains et Villetaneuse), toutes situées dans le département de la Seine-Saint-Denis. Aujourd’hui, cette région défavorisée accuse encore le choc de la désindustrialisation des années 1980. D’une part, le faible niveau d’éducation des habitants et leur manque de qualifications de base ont aggravé leur mise à l’écart du marché du travail mais, d’autre part, poussée par une période de développement économique remarquable, l'agglomération est devenue le troisième pôle pour l’industrie des services de la région. Les autorités de Plaine Commune s'efforcent de résoudre ce paradoxe en concevant et en mettant en œuvre une stratégie cohérente pour les huit municipalités.

Fusionner le développement économique et l’accès à l’emploi

La stratégie entend confier aux mêmes autorités la gestion des mesures politiques et des interventions s’appliquant aux demandeurs d’emplois et aux entreprises. Deux des enjeux essentiels à relever concernent les grandes entreprises de services, de plus en plus enclines à délocaliser leur main d’œuvre, et le manque de qualifications des demandeurs d’emploi locaux pour occuper les emplois vacants. Compte tenu de cette situation, deux initiatives clés ont été lancées en 2005-2006.

La première a porté sur la création de huit Maisons de l’Emploi, à savoir une dans chaque municipalité, pour étoffer l’offre de services à l’intention des demandeurs d’emploi les moins qualifiés et des jeunes arrivants sur le marché du travail. Ces structures proposent des services d’information et d’orientation, des cours de langue et de rafraîchissement des connaissances de base, des formations et une insertion professionnelle dans des entreprises partenaires actives dans différents secteurs (restauration, transports, services bancaires et assurances). Une cellule de supervision a également été constituée afin d’assurer le suivi des candidats engagés pour des travaux de construction ou de démolition. Sept centres d’emploi ont été construits depuis 2007 et quelque 70 entreprises entretiennent avec eux des rapports privilégiés.

La seconde initiative s'adresse aux entreprises. Elle a porté sur l'élaboration d’une charte de lutte contre la discrimination raciale à l’encontre des jeunes demandeurs d’emploi et entend promouvoir l’esprit de citoyenneté au sein des sociétés qui y adhèrent. La charte a aussi pour but de privilégier et «sponsoriser» les candidats de la région dans l’accès à l’emploi et de leur permettre de participer à des formations et stages organisés par les entreprises. De leur côté, les employeurs sont impliqués dans le processus décisionnel en matière d’aménagement urbain et tirent parti du développement de Plaine Commune et du réaménagement des réseaux de transport et des services municipaux. Environ 100 entreprises ont signé la charte et 1 300 personnes ont été recrutées en 2009, dont un pourcentage sans cesse croissant de travailleurs locaux.

Ensemble, redoubler d'efforts pour faire converger les objectifs fixés concernant le territoire, la population et l'emploi

En avril 2011, l’ouverture d’un grand centre commercial Porte d'Aubervilliers vint offrir de nouvelles perspectives professionnelles à des habitants de la région en recherche d’emploi. Une charte a été signée par Plaine Commune et d’autres acteurs clés des secteurs économiques et administratifs. Ils s’engagent à réserver 75 % des postes vacants aux résidents des huit communes. Les Maisons de l'Emploi ont contribué à atteindre cet objectif en dressant un bilan des postes vacants et des pénuries de compétences et en proposant des formations aux candidats potentiels, de manière à ce qu’ils puissent combler leurs lacunes.

La cohésion sociale et la solidarité entre les villes restent au cœur de toutes les démarches entreprises par Plaine Commune. Bien que cette méthode de travail suive un modèle descendant, elle se veut transparente, se fonde sur la participation de toutes les parties prenantes et promeut des synergies à l’intérieur même des services et entre l’administration et les multiples acteurs économiques. En outre, il est important de souligner qu’il existe une étroite collaboration avec les habitants de l'agglomération dont les représentants participent aux réunions mensuelles du Conseil.

Date de rédaction

19/12/2012