Les TIC au service de la surveillance à distance de patients greffés

Le recours aux TIC pour la surveillance à distance de patients greffés en convalescence à leur domicile offre à ces derniers une liberté et un espace pour vivre aussi normalement que possible, dans leur environnement familier.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

Le projet Prometheus développe un service de surveillance à distance de patients greffés grâce à l'installation d'ordinateurs à leur domicile, afin de les relier à une équipe de personnel soignant. Objectif: faciliter la réinsertion des patients dans la vie sociale et professionnelle depuis leur environnement familier, tout en réduisant la charge financière des soins induits par une transplantation et en améliorant le processus d’attribution des greffes.

Un terminal d’ordinateurs à la maison

Le projet part de l’analyse comparative de deux groupes de 50 patients à Fribourg, à qui l’on avait greffé un rein incompatible, et de deux groupes de 50 patients à Strasbourg, qui avaient subi une greffe du foie suite à une maladie hépatique récurrente.

La moitié de chaque groupe recourt aux TIC sous la forme d’un terminal d’ordinateurs installé à domicile. La réactivité de ces personnes aux soins est comparée à celle des patients qui reçoivent des soins conventionnels lors de consultations régulières à l'hôpital.

Les terminaux installés chez les patients sont interactifs, c'est-à-dire qu'ils sont équipés d'un écran tactile, d'un système de vidéoconférence, d'un stylo numérique ainsi que d'une connexion à large bande, du Wifi et de la 3 G. Les résultats compilés sont analysés quotidiennement par un serveur et, si nécessaire, une intervention humaine est possible via vidéoconférence.

Les patients doivent encoder des paramètres physiologiques et répondre à des questions à choix multiples liées à leur situation particulière. Durant leur hospitalisation pour l'opération de greffe, les patients reçoivent des instructions sur le fonctionnement du système. Ils sont également aiguillés une fois rentrés chez eux. Les résultats seront analysés en fonction de critères médicaux, sociaux et économiques, et tiendront compte des différences dans les approches culturelles et médicales. Des rapports semestriels seront produits sur la progression du projet.

Bénéfices potentiels

L'un des avantages du projet pour les patients sera qu’ils pourront récupérer de l’opération dans un environnement familier et plus confortable. La surveillance de leur état de santé sera également plus étroite. En effet, si le nombre de consultations à l’hôpital s’en verra réduit, la fréquence des contrôles sera augmentée et passera d’hebdomadaire ou mensuelle à quotidienne.

Consécutivement, les hospitalisations post-transplantation à long terme devraient diminuer. Un recours moindre aux transports pour raison médicale et des hospitalisations moins longues déboucheront sur des bénéfices économiques globaux, qui à leur tour contribueront à la viabilité du programme.

Les équipes impliquées dans le projet Prometheus travaillent depuis 20 ans à la création d'une orientation européenne dans le domaine de la transplantation ainsi qu’au développement de nouvelles transplantations thématiques. Elles voient en ce projet le moyen d’étendre leur partenariat, de poursuivre leur réflexion sur une philosophie commune pour le don d’organes et, en fin de compte, de modifier les règles actuelles d’attribution des greffes au-delà du cadre national.

Date de rédaction

29/08/2011