HOMER – Partager les données pour améliorer les services et développer des applications innovantes

Le projet HOMER (Harmonising Open Data in the Mediterranean through Better Access and Reuse of Public Sector Information) montre que les données ouvertes peuvent être partagées au-delà des frontières. Dix-neuf partenaires répartis dans huit pays ont travaillé ensemble dans le but de partager des données de source publique et de les mettre à disposition des citoyens et des entreprises.

Autres outils

 
Hack4Med © Regione Piemonte Hack4Med © Regione Piemonte

" HOMER a permis d'ouvrir plusieurs milliers d'ensembles de données publiques et de renforcer ainsi la transparence numérique dans la région méditerranéenne. Les ensembles de données favorisent le développement économique à travers la création d'outils et d'applications qui aident à améliorer la qualité de vie des citoyens. Par ailleurs, la capacité de la population à contribuer à définir les affaires publiques et à participer à celles-ci s'en trouve également renforcée. Les leçons tirées en matière de gouvernance et d'harmonisation peuvent servir de référence pour d'autres initiatives de coopération à l'échelle régionale en Europe. "

Antonia Cobacho, responsable du département des relations internationales, Agence pour la gestion de l'agriculture et de la pêche, Andalousie

Le résultat principal du projet a été la création d'un portail web ouvert et multilingue visant à partager ces informations. Jusqu'à présent, ce portail partage 4 650 ensembles de données couvrant une vaste gamme de sujets qui vont de l'agriculture au tourisme. Il s'agissait d'un défi majeur, car il a fallu surmonter de nombreux obstacles culturels, linguistiques, juridiques et techniques. Le projet ne se limitait pas à créer un portail, mais également à s'assurer que les gens soient informés de son existence et puissent bénéficier des informations disponibles. Cet objectif a pu être atteint grâce à deux actions pilotes. La première se concentrait sur les citoyens, la seconde sur la création d'applications et services avec une valeur économique tangible.

La première action portait sur la création d'ateliers de participation citoyenne visant à trouver des moyens d'améliorer la qualité de vie à l'échelle locale en tirant parti des données disponibles. Les participants n'étaient pas des experts en informatique et ont fait état de problèmes locaux spécifiques pouvant bénéficier de telles données en vue de trouver des solutions. Ces ateliers ont permis de montrer de quelle manière les ensembles de données disponibles pouvaient contribuer à accroître l'efficacité des services fournis par les autorités locales et à les axer davantage sur les citoyens.

Hackathons

La seconde action pilote visait à sensibiliser tant les citoyens que les entreprises à l'existence de ces données. Pour ce faire, des «hackathons» ont été organisés, réunissant programmeurs informatiques, concepteurs graphiques et gestionnaires de projets en vue de travailler d'arrache-pied au développement d'applications logicielles. Initialement, six hackathons nationaux avaient été organisés. Avant la tenue de ces évènements, des universités, des écoles secondaires spécialisées en informatique et des PME ont collaboré pour recueillir des idées et concevoir des méthodes potentielles d'utilisation des données disponibles. Pour finir, un hackathon transnational dénommé «Hack4Med» a été organisé. L'évènement a abouti à la création de 36 services en ligne et applications mobiles. L'équipe gagnante a gagné un voyage à Manchester pour participer au «Future of Everything Festival» et a eu la possibilité de présenter son travail à un panel de spécialistes du financement des jeunes entreprises.

Partage et diffusion des enseignements

Rendre les données disponibles et exploitables est l'un des objectifs clés de la stratégie numérique de l'UE. Le projet illustre parfaitement la manière dont les acteurs du secteur public peuvent partager les informations au-delà des frontières. Les participants au projet ont garanti la durabilité de leur projet en dressant des plans d'action et des protocoles sur le partage d'un plus grand nombre d'informations. Ils ont également mis au point un manifeste et des documents d'orientation pouvant être utilisés par d'autres organisations souhaitant identifier les obstacles et les solutions pour la création de ce portail de données ouvertes paneuropéen. Le projet est également ouvert aux nouveaux participants qui souhaiteraient partager leurs données à l'avenir.


Investissement total et financement de l'UE

Le projet «Homer: Med OpenData» a fait l'objet d’un investissement total de EUR 3 666 437. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à EUR 2 813 712 au titre du programme opérationnel «Programme méditerranéen Interreg» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

01/12/2015