Premiers pas vers une plateforme européenne d’immunomonitoring

Un projet innovant visant à accélérer le développement des médicaments et axé sur le monitoring de la réponse immunitaire humaine est désormais opérationnel dans le nouveau centre d’infectiologie du Lyonbiopôle. Près d'une douzaine d’experts universitaires et de l’industrie pharmaceutique composent ce laboratoire dernier cri.

Autres outils

 
Une experte en pleine activité de recherche en réponse immunitaire humaine dans le laboratoire Une experte en pleine activité de recherche en réponse immunitaire humaine dans le laboratoire

«Nous sommes ravis de voir un projet partagé par des experts dans le domaine de l’immunologie renforcer l’expertise et l’image de notre cluster.»
Yves Laurent, directeur général du Lyonbiopôle

Le projet Platine vise à créer la première plateforme d'immunomonitoring d'Europe, afin de mieux comprendre les effets sur le système immunitaire de nouvelles molécules thérapeutiques découvertes par les chercheurs. Entre autres objectifs, le projet tend à répondre aux besoins des entreprises de biotechnologie et de l'industrie pharmaceutique ainsi que, en fin de compte, du marché européen.

Évaluation des traitements

De nombreux traitements devront bientôt être évalués quant à leur impact sur le statut immunologique des patients et/ou de leurs effets immunomodulaires. À l’heure actuelle, l'Europe ne dispose d’aucun centre industriel capable de procéder à un immunomonitoring efficace et global, un service qui permettrait de rejeter rapidement toute molécule présentant un risque pour les patients, et qui donnerait la possibilité aux sociétés pharmaceutiques de concentrer leurs ressources sur des composés plus prometteurs.

Le projet Platine rassemble les techniques et connaissances scientifiques de cinq partenaires, avec pour objectif la création de services d’immunomonitoring centralisés, fiables et reproductibles. Trois partenaires (Innate Pharma, Transgene SA et ImmunID) appartiennent au monde industriel et disposent donc d’expérience dans les domaines du développement des médicaments, de l’immunomonitoring et des diagnostics. Les deux autres sont les laboratoires de recherche universitaires de l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et du Centre multidisciplinaire Léon Bérard. Le coût total du projet s’élève à 4,8 millions d’euros. Au financement de l’UE (450000 euros) viennent s’ajouter les financements des gouvernements national et régional français.

En avril 2009, les équipes des différents partenaires se sont installées dans le Lyonbiopôle. Elles travaillent dans un laboratoire spécialisé muni d'équipements sophistiqués.

Expertise en immunomonitoring

Le partenariat vise à créer une structure commerciale capable de fournir des services d’immunomonitoring de haute qualité aux sociétés pharmaceutiques. Ceci permettrait d’accélérer le processus de développement de chaque médicament tout en diminuant les coûts. Les travaux se fondent sur trois outils adaptés aux besoins des donateurs: technologie innovante et traditionnelle, évaluation scientifique et développement de nouveaux biomarqueurs.

Ce projet comporte deux phases, en premier lieu l'immunomonitoring d'essais cliniques de médicaments candidats développés par les partenaires; ensuite celui de molécules développées par des sociétés françaises et européennes. Entre-temps, l’équipe scientifique mettra sur pied une gamme complète de services de présentation de l'immunomonotoring et des biomarqueurs.

Date de rédaction

17/01/2010