Écoles régionales de la 2e chance (ER2C)

Chaque année, dans la région du Languedoc-Roussillon, environ 5 000 jeunes quittent le système scolaire sans diplôme.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

Les écoles régionales de la 2e chance (ER2C) sont un projet de formation professionnelle, d’aide à l’emploi et d’inclusion sociale visant à améliorer l’inclusion professionnelle des jeunes. Aujourd’hui encore, trop nombreux sont les jeunes à abandonner les bancs de l'école, sans qualifications et sans diplôme. Quelque 6 % des étudiants quittent l'université ou ne continuent pas leur première année de formation professionnelle (CAP ou BEP) dans cette région du Sud de la France. Parmi ceux-ci, ils seraient 33 % à avoir des difficultés à lire et à écrire.

Miser sur l’employabilité

Les neuf écoles régionales de la 2e chance entendent réintégrer, via des méthodes novatrices, les jeunes dans les systèmes économiques et sociaux, et donc dans la société. Pour y parvenir, elles instillent à ces jeunes auparavant considérés comme déscolarisés et non qualifiés un certain sens d'inclusion sociale et professionnelle. Les écoles forment leurs étudiants à perfectionner leur «employabilité» et les aident, à travers un projet professionnel, à trouver un emploi durable.

Les écoles de la 2e chance ont développé des méthodes d’enseignement innovantes, adaptées au profil de chaque étudiant. L’approche d'apprentissage est personnalisée et les programmes d’enseignement sont multidisciplinaires.

Repartir de zéro

Le projet ER2C s'adresse aux jeunes de 18 à 25 ans qui ont quitté le système scolaire national depuis au moins six mois et sont inscrits dans une agence pour l'emploi. Ces jeunes, qui n’ont en général aucun diplôme en poche et sont sous-qualifiés, sont souvent également en difficulté sociale.

Les objectifs des 9 écoles régionales de la 2e chance sont de:

  • développer et mettre à jour les connaissances et compétences de base des étudiants pour leur permettre d’intégrer une entreprise;
  • développer leurs aptitudes sociales et comportementales pour leur permettre de devenir des citoyens à part entière;
  • leur apporter la formation adaptée à leurs besoins afin de les aider à accroître leur motivation; et
  • les aider à acquérir des objectifs professionnels, entre autres via des apprentissages.

Les problèmes ou les erreurs du passé ne constituent pas un obstacle. Le seul critère de sélection pour pouvoir participer au programme est la motivation. Les jeunes sont encouragés par leur agence locale pour l’emploi et d’autres structures institutionnelles régionales à déposer leur candidature. Chaque étudiant potentiel est ensuite invité à passer un entretien dans l’une des 9 écoles de la 2e chance.

Ces formations sont une réelle voie vers une seconde chance: en 2010, 64 % des étudiants ont pris un nouveau départ en intégrant le marché de l'emploi (grâce à des contrats subventionnés, d'apprentissage ou de formation), en décrochant un certificat ou un diplôme de formation, ou en reprenant des cours.

Date de rédaction

29/08/2011