COBALT – promouvoir la mobilité par l’apprentissage des langues

Le projet COBALT offre une plateforme unique d’apprentissage en ligne des langues (http://www.franel.eu) et rend ainsi l’apprentissage du français et du néerlandais plus facile d’accès pour les résidents de la région transfrontalière franco-belge.

Autres outils

 
Pour ne pas interférer avec les programmes linguistiques proposés actuellement au sein du système éducatif, mais au contraire pour les compléter, le projet a mis sur pied une plateforme d’apprentissage en ligne gratuite pour l’étude du français et du néerlandais comme langue étrangère. © WBI Pour ne pas interférer avec les programmes linguistiques proposés actuellement au sein du système éducatif, mais au contraire pour les compléter, le projet a mis sur pied une plateforme d’apprentissage en ligne gratuite pour l’étude du français et du néerlandais comme langue étrangère. © WBI

" FRANEL est un logiciel très prometteur parce qu’il offre un outil complet pour améliorer ses compétences linguistiques orales et écrites. Vous pouvez, par exemple, écouter des accents différents de ceux de vos deux professeurs d’université. "

Nele, étudiant de langue néerlandaise

Même si la région française du Nord-Pas de Calais et les régions flamande et wallonne de Belgique ont une histoire et une frontière commune, la langue qui y est parlée n’est pas la même. Et si l’économie, le tourisme et même la politique semblent facilement traverser la frontière, la langue reste souvent en retrait de ces évolutions.

Pour remédier à cette situation, et ainsi améliorer les relations transfrontalières, le projet COBALT, financé par l’UE, avait pour objectif de promouvoir l’apprentissage du français dans la province de Flandre-Occidentale et du néerlandais dans les régions de Wallonie et du Nord-Pas de Calais.

Prêt pour le changement

Les coordinateurs du projet ont compris qu’il existait un réel besoin de cours de langues supplémentaires mieux adaptés pour compléter l’offre actuelle proposée dans les écoles de ces régions. De plus, après avoir mené une enquête approfondie, ils ont découvert chez les jeunes étudiants une forte motivation et volonté d’améliorer leur maîtrise du français et du néerlandais. En effet, nombre d’eux ont indiqué que leur capacité à parler une langue étrangère était un atout essentiel pour leur future employabilité. Cette conclusion a été ensuite confirmée par les agences de recrutement locales, qui ont souligné l’obstacle que représente le manque de connaissances linguistiques pour la mobilité professionnelle.

La région semblait prête pour le changement, le projet COBALT s’est donc attelé à la tâche.

Une plateforme d’apprentissage interactif

Pour atteindre cet objectif, le projet a fait appel aux nouvelles technologies. Pour ne pas interférer avec les programmes linguistiques proposés actuellement au sein du système éducatif, mais au contraire pour les compléter, le projet a mis sur pied une plateforme d’apprentissage en ligne gratuite pour l’étude du français et du néerlandais comme langue étrangère. Comme l’un des principaux objectifs de ce projet était d’améliorer l’employabilité des utilisateurs de la plateforme d’apprentissage, celle-ci s’est adressée en priorité aux apprenants disposant déjà d’une connaissance basique de la langue (niveau A2), plutôt qu’aux débutants. 

Ce projet a ainsi abouti à la création de FRANEL, une plateforme innovante d’apprentissage, développée spécifiquement pour les étudiants français, flamands et wallons souhaitant améliorer leur français ou leur néerlandais. La plateforme offre aux étudiants des activités d’apprentissage interactives. Un grand nombre d’entre elles se fondent sur des reportages télévisés ou des émissions en direct diffusées sur les chaînes d’information locales, ce qui permet d’agrémenter l’apprentissage linguistique d’une meilleure compréhension du contexte culturel. 

FRANEL permet d’apprendre aussi bien le néerlandais et le français général qu’économique, en combinant l’utilisation d’une technologie de reconnaissance vocale, de vrais dialogues, des supports audiovisuels, des activités de compréhension orale et des exercices écrits. Elle comporte également une base de données (Medi@tic) qui contient une collection de vidéos thématiques que les enseignants peuvent utiliser en fonction de leurs besoins pédagogiques. 

Pour être sûr qu’elle soit réellement utilisée, le projet COBALT a décidé de développer des versions adaptées de FRANEL destinées à la KU Leuven, l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 et l’Université de Mons, ainsi qu’une version pour les demandeurs d’emploi qui collaborent avec des agences de recrutement régionales telles que le VDAB et le Forem. 

Réduire les obstacles

Selon les organisateurs du projet, COBALT a permis d’encourager les résidents de ces trois régions transfrontalières à apprendre la langue de leurs voisins, et d’ainsi apprendre à mieux se comprendre mutuellement. Le fait que FRANEL soit en libre accès a également contribué à réduire les obstacles à l’apprentissage des langues. À ce jour, plus de 40 000 utilisateurs se sont enregistrés, et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Grâce à cette initiative, la région connaît un nouvel élan vers une meilleure compréhension mutuelle, ainsi qu’un niveau accru de mobilité économique.


Investissement total et financement européen

L’investissement total pour le projet «COBALT – Communication et brassage culturel à travers l’apprentissage des langues et des technologies» s’élève à 1 533 409 EUR, dont 777 992 EUR proviennent du Fonds européen de développement régional au titre du programme opérationnel «Belgique - France» pour la période de programmation 2007-2013. Cet investissement répond à la priorité «Promouvoir le développement économique de la région par le biais d’une approche transfrontalière cohérente et intégrée.»


Date de rédaction

14/07/2016