Une collaboration plus étroite pour mieux promouvoir les parcs alpins franco-italiens et améliorer leur organisation

Dans la région Marrittime-Mercantour, une stratégie de collaboration entre des parties prenantes française et italienne est parvenue à créer une entité juridique unique englobant deux parcs situés de part et d'autre de la frontière alpine. Ces efforts de collaboration ont servi à stimuler le tourisme durable et à développer de nouveaux accords et des meilleures pratiques concernant la biodiversité de la zone.

Autres outils

 
Des responsables du parc reçoivent une formation sur la flore des prairies. © R. Charmetant/PNM Des responsables du parc reçoivent une formation sur la flore des prairies. © R. Charmetant/PNM

" Ce projet a permis à la région Marittime-Mercantour de former un territoire unique caractérisé par une profonde intégration administrative et environnementale, rendant les frontières physiques et administratives presque obsolètes aux yeux de la population et des touristes. "

Le porte-parole du projet, s'exprimant à l'occasion de l'évènement «Su e Giu per i Colli – Les Cols de Haut en Bas» (Journée de la coopération européenne 2013)

Le projet PIT s'inscrit dans une stratégie plus ample de développement territorial intégré de la région Marrittime-Mercantour, forte d'une collaboration longue de 20 ans entre les autorités des deux parcs (de part et d'autre de la frontière) formant cette région. Cette phase spécifique de la collaboration s'est attachée à cartographier les zones préservées et les terres agricoles de la région, et à promouvoir le tourisme durable.

Tout d'abord, le projet a financé la création d'une base de données franco-italienne commune qui regroupe des informations géographiques territoriales. Elle réunit des informations sur la biodiversité et le patrimoine culturel de la région et sera mise à la disposition de toutes les parties prenantes de la région, à savoir la population, les touristes et les chercheurs. En outre, la priorité a été accordée au développement d'outils permettant de mieux gérer les zones agropastorales des parcs. Des informations ont été recueillies sur les usages actuels caractéristiques du territoire. Elles serviront à alimenter les initiatives de protection environnementale et de développement économique dans la région.

Ensuite, les autorités ont surveillé et analysé ensemble l'évolution des flux touristiques et des activités récréatives mises en œuvre ces dernières années. Les données rassemblées serviront à élaborer les futures initiatives visant à stimuler le tourisme durable dans la région. Pour finir, la collaboration de long cours entre les autorités de part et d'autre de la frontière alpine a été codifiée à travers la création d'un Groupement européen de coopération. Cette nouvelle entité juridique englobant les deux parcs facilitera la mise en œuvre d'initiatives conjointes plus complexes et l'échange de personnel et d'expertise.

Reconnaissance par l'UNESCO

Suite à la création de la nouvelle entité juridique englobant les deux parcs, la région Marritime-Mercantour a pu se porter candidate à l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui témoigne de sa grande importance anthropologique et environnementale. Si sa candidature est retenue, la protection et la préservation continues de la région bénéficieront de l'attention de toute la communauté internationale du Patrimoine mondial.


Investissement total et financement de l'UE

Le projet «Plan Intégré Transfrontalier Marritime-Mercantour – Planification et gestion du territoire (PIT A4)» a fait l'objet d’un investissement total de 1 559 995 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 1 039 087 EUR, au titre du programme opérationnel «Italie - France (Alpes - ALCOTRA)» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

22/05/2015