Un festival de blues redonne des couleurs à une île des Caraïbes

La petite île de Marie-Galante accueille chaque printemps depuis 2000 un important festival de musique. «Terre de Blues» en fait désormais une destination non seulement touristique mais aussi culturelle, puisque ce festival attire des milliers de visiteurs, un bénéfice capital pour l’économie locale.

Autres outils

 
Le festival attire les plus grands artistes des Caraïbes et des célébrités internationales Le festival attire les plus grands artistes des Caraïbes et des célébrités internationales

«Il serait difficile d’imaginer aujourd’hui Marie-Galante sans son festival Terre de Blues et sa magie musicale, qui attirent des milliers de visiteurs sur notre île durant plusieurs jours.»
Harry Selbonne, président du festival

L’événement, principalement dédié au blues, dure quatre jours, avec à l’affiche les artistes locaux les plus populaires ainsi que des célébrités mondiales. Il se tient sur l’une des cinq îles de l’archipel de la Guadeloupe, une région française d’outre-mer.

Un esprit festif

Marie-Galante fait partie des Îles du Vent. Son économie, dominée durant plusieurs siècles par la production de canne à sucre, dépend aujourd’hui du tourisme.

À la suite du déclin de son industrie de la canne à sucre, l’île a connu un dépeuplement ces dernières décennies, et sa population s’élève actuellement à environ 12 400 habitants. Les organisateurs du festival de musique Terre de Blues espéraient, lors de sa création en 2000, inverser en partie la tendance.

L’objectif poursuivi était de profiter de l’importante tradition locale de performances musicales pour lancer un événement qui ferait la promotion de l’île au niveau international et attirerait davantage de touristes. Le festival se voulait également une nouvelle plateforme de développement social, économique et culturel à Marie-Galante, et bénéficie depuis 2002 d’un financement de l’UE.

Terre de Blues connaît une réussite retentissante. Le festival a célébré sa 11e édition en mai 2010, proposant des performances dans plusieurs styles musicaux, du R&B au reggae, en passant par le gospel et le jazz. Parmi les dix principaux artistes présents sur scène, la plupart venaient de Guadeloupe, de Martinique et d’autres îles de la région comme Cuba, la Jamaïque et Haïti. Les têtes d’affiche incluaient également un célèbre groupe pop américain ainsi qu’un chanteur sénégalais; une présence qui renforce le statut du festival en tant que pont culturel entre l’Afrique, les Amériques créoles et l’Europe.

L’événement de l’année

Les festivaliers profitent gratuitement des concerts durant la journée et, moyennant l’achat de tickets, peuvent assister aux concerts en soirée. Un espace d’exposition met également en valeur les traditions et l’artisanat locaux sur le site du festival. Les principaux artistes à l’affiche organisent aussi des ateliers pour les musiciens et danseurs de la région.

Ce festival de blues est devenu un outil de promotion exceptionnel pour l’île, puisqu’il attire entre 12 000 et 14 000 spectateurs, dont plus de 10 % de touristes. Cet afflux de visiteurs profite à l’économie locale: hôtels, commerces, restaurants, compagnies de ferries et de location de voitures y trouvent un marché important. De plus, de nombreux locaux auparavant tentés par une vie meilleure à l’étranger ne ressentent désormais plus le besoin de quitter l’île.

Près de la moitié des bénéfices réalisés par le festival sont réinvestis dans l’île même. Cerise sur le gâteau, l’événement assure la continuité et la transmission des traditions culturelles locales, tout en apportant un espoir et une sécurité financière à une île qui dispose de peu de ressources naturelles et de possibilités d’emploi.

Date de rédaction

21/05/2010