Alsace Biovalley, un réseau pour renforcer la recherche

Une Silicon Valley version biotechnologies et santé se développe depuis 2005 en Alsace. Au point de devenir un des pôles d’excellence à l’échelle mondiale dans ces domaines. La preuve par l’exemple avec deux projets innovants dans le domaine médical, labellisés par Alsace Bioavalley : TMS Robot, qui facilite la recherche dans les domaines de la neurologie et la psychiatrie, et Orail, centré sur le diabète.

Autres outils

 
Le nouveau robot permet d’automatiser le positionnement de la bobine pour la Stimulation Magnétique Transcrânienne Le nouveau robot permet d’automatiser le positionnement de la bobine pour la Stimulation Magnétique Transcrânienne

Un assistant pour les psychiatres et neurologues

Le projet phare de la start up Axilium Robotics est le robot d’assistance à la TMS (Stimulation Magnétique Transcrânienne), dédié à certains traitements et recherches en psychiatrie et neurologie. « La TMS permet de stimuler certaines zones du cortex cérébral par l’application sur le crâne du patient d’une bobine délivrant des impulsions magnétiques brèves, intenses et indolores. Cette technique est utilisée comme outil de recherche en neurosciences. Elle fait également l’objet d’évaluations cliniques dans de nombreuses pathologies, comme les épisodes dépressifs majeurs et les douleurs neuropathiques chroniques », explique Michel Berg, directeur d’Axilum Robotics.

Le robot compte de nombreux avantages par rapport aux manipulations manuelles. Il permet d’automatiser le positionnement de la bobine de TMS avec un haut niveau de précision et de répétabilité.

Diabète : l’insuline sans piqûre

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le diabète, en expansion constante, touche 347 millions de personnes dans le monde. Qu’il soit de type 1 ou 2, le diabète se traite dans la grande majorité des cas par des injections d’insuline pluriquotidiennes.

La possibilité d’une absorption par voie orale, actuellement sous développement, changerait totalement la qualité de vie des malades. Cette méthode se heurte à un double problème : l’agressivité du système digestif qui détruit l’insuline et la taille relativement grande de l’hormone qui limite son passage au travers de la paroi intestinale pour atteindre le sang. En 2004, les équipes de l’Institut Charles Sadron (ICS) et du Centre européen d’étude du Diabète (CeeD) ont déposé un brevet reposant sur un concept innovant : une double encapsulation de l’insuline, la première servant à protéger l’hormone dans l’estomac, la seconde assurant une protection intestinale.

La seconde phase du projet (Orail bis) est soutenue par le Feder depuis 2011. Les chercheurs mènent actuellement une étude toxicologique du système nanoparticulaire qui conditionnera le changement d’échelle et la validation chez le mini-porc.

Pour Séverine Sigrist, coordinatrice du projet, «l’objectif est toujours de démontrer l’efficacité de cette insuline absorbable par voie orale. Il faut pour cela mieux comprendre les interactions entre les nanoparticules et le mucus intestinal pour valider ce concept sur le mini-porc. Ceci permettra par la suite d’envisager ensuite les premiers essais cliniques ».

« Axilium Robotics a pour vocation de devenir le leader mondial des robots de TMS. A plus long terme, nous visons, avec d’autres partenaires, comme la PME Streb & Weil et le Laboratoire ICube, à développer une filière de robotique médicale en Alsace ».
Michel Berg, directeur d’Axilium Robotics


Investissement total et financement de l’UE

Le projet TMS Robot dispose d’un budget total de EUR 2 230 000 pour l’ensemble des membres du consortium et de EUR 974 000 pour Axilum Robotics. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à EUR 111 241 pour la période 20011-2013. Le projet Orail bis dispose d’un budget total de EUR 2 754 000. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à EUR 96 701 pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

13/06/2014