AGRIPIR: l'innovation au service de l'agriculture de montagne traditionnelle

Une initiative basée dans les Pyrénées françaises et espagnoles a réuni des acteurs du secteur agricole, des organismes de recherche publics, des PME du secteur des hautes technologies et des agences de développement locales. L'objectif était de trouver des moyens d'introduire des technologies innovantes dans le secteur de l'agriculture de montagne traditionnelle afin de le rendre plus compétitif.

Autres outils

 
AGRIPIR contribue à introduire des technologies innovantes dans le secteur agricole. © AGRIPIR AGRIPIR contribue à introduire des technologies innovantes dans le secteur agricole. © AGRIPIR

" Le projet AGRIPIR a été très positif et concret pour notre entreprise. AGRIPIR nous a permis d'examiner les problèmes courants vécus par les agriculteurs dans les montagnes des deux côtés de la frontière, et d'imaginer des solutions innovantes. C'est ainsi que nous avons rencontré nos partenaires espagnols et décidé de mettre sur pied le projet HY-POWERBOX. "

Bruno Bouteille, directeur de SIREA, membre du réseau AGRIPIR

Le réseau AGRIPIR, composé de 150 organisations et de plus de 300 personnes, s'est fixé pour mission d'introduire plus d'innovation et de technologie dans les industries agricoles régionales. Des entreprises des secteurs informatique, électronique et spatial ont collaboré avec des chercheurs, des clusters et des agences de développement pour proposer des mesures pratiques pouvant donner un nouveau visage à l'agriculture de montagne. Le but était de mettre en commun les ressources et de concevoir des projets de R&D ayant un réel potentiel économique.

Utiliser l’innovation

Cet objectif s'est concrétisé lorsque l'équipe d'AGRIPIR a entrepris de concevoir cinq projets d'innovation distincts. Il s'agissait de laisser une empreinte durable des réalisations du réseau et de  témoigner de son impact le plus tangible. Au terme de la phase de R&D, chaque projet devait se poursuivre et passer à la commercialisation des produits, processus ou services.

  • Le projet E-PASTO a permis de créer un dispositif de géolocalisation qui repère les animaux dans les pâturages d'été en altitude. Ce produit est encore un prototype, mais les discussions sont en cours entre les partenaires du projet en vue d'une production à plein régime.
  • Le projet COWMON tente de mettre au point un système de surveillance continue du bétail se déplaçant sur de grands espaces. Le produit final est censé fonctionner avec des systèmes ouverts, son coût serait faible et il serait autonome sur le plan énergétique.
  • L'objectif du projet LIVE-PRE-LIFE est de créer un système global qui puisse améliorer la cohabitation entre les grands prédateurs et le bétail dans les zones montagneuses. Le produit final inclura des systèmes pour le placement des animaux dans des enclos, la détection précoce des attaques par les prédateurs et l'exclusion active.
  • Le projet MASTECH vise à mettre au point un système de détection précoce des mastites chez les moutons, les chèvres et le bétail. Des technologies dernier cri, comprenant la résonance magnétique nucléaire et la thermographie, seront testées avec la solution proposée.
  • Le projet HY-POWERBOX vise à aider les agriculteurs de montagne à assurer leur autonomie énergétique lorsqu'ils accomplissent leurs tâches quotidiennes dans des zones difficiles d'accès.

Les progrès dans l'utilisation du modèle AGRIPIR se poursuivront car ses groupes de travail continuent de fonctionner grâce à la masse critique créée à travers les activités programmées.

Investissement total et financement de l'UE

Le projet «AGRIPIR» a fait l'objet d'un investissement total de 958 526 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s'élève à 640 592 EUR au titre du programme opérationnel «France-Espagne-Andorre» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

12/10/2015