Vent du large sur la Porte océane

Avec Port 2000, Le Havre agrandit ses capacités pour mieux accueillir les "géants des mers" et jouer son rôle de plate-forme logistique internationale aux portes atlantiques de l'Europe du Nord. Un enjeu tout à la fois économique, social et environnemental, où le principe de développement durable est mis à l'épreuve.

Autres outils

 
Port 2000: sur le nouveau quai, un portique roulant pour l'accueil des 'géants des mers'. Port 2000: sur le nouveau quai, un portique roulant pour l'accueil des 'géants des mers'.

Contexte

Surnommé la "Porte océane", premier port français pour le commerce extérieur et le trafic de conteneurs, le port du Havre occupe le cinquième rang pour le transit de marchandises dans l'espace nord-européen, tout en étant le premier grand port sur la façade atlantique de l'Europe du Nord et en bénéficiant d'une situation propice aux liaisons de cabotage et aux fonctions de grande plate-forme internationale de logistique terrestre. À cet atout géographique s'ajoutent ses capacités nautiques, qui lui permettent d'accueillir 24 heures sur 24 et chaque jour de l'année des navires de très gros tonnage. Il s'est vu néanmoins confronté à la saturation de ses infrastructures portuaires, mais aussi des dessertes terrestres et fluviales de son hinterland.

Ville atypique, détruite pendant la guerre puis reconstruite, Le Havre a durement subi les effets de la désindustrialisation des années 70 qui a entraîné un déclin de sa population (environ 191 000 habitants en 1999). Les enjeux économiques et sociaux vont toutefois de pair avec ceux de la protection de l'environnement, face aux risques liés aux activités industrielles de la zone portuaire, tant pour les écosystèmes de l'estuaire de la Seine (1) et des bords de mer que pour le tourisme, très développé le long de la "Côte fleurie".

Tel est le cadre dans lequel s'est dessiné l'ambitieux projet "Port 2000", mené sous la conduite du Port autonome du Havre au sein d'un large partenariat. Projet phare de la programmation 2000-2006 des Fonds structurels en Haute-Normandie, il consistait à doter la ville, au sud du port actuel, de nouvelles installations portuaires qui, à leur achèvement à l'horizon 2010-2015, comporteront 12 postes de débarquement de 350 m. de long sur un quai totalisant 4,2 km. et protégé par une digue, pourront recevoir simultanément 12 porte-conteneurs longs de 300 m. et traiter un volume annuel de marchandises allant jusqu'à 4 millions d' "équivalents EVP" (2): des possibilités que peu de ports au monde offriront.

Débat public: une première

Depuis les études amorcées en 1994 jusqu'à l'inauguration, le 30 mars 2006, des deux premiers nouveaux postes à quai, la genèse du projet a été longue. En cause, l'ampleur et la complexité des opérations mais aussi la diversité des intérêts en jeu: professionnels portuaires, pêcheurs et autres acteurs socio-économiques, élus, associations environnementales, comité de quartier, etc. À cet égard, Port 2000 a été l'occasion d'appliquer, pour la première fois, la loi Barnier du 2 février 2005 qui instaurait un débat public lors de grands travaux. Il en a résulté, bousculant bien des habitudes, un vaste processus de concertation où s'est forgée, certes non sans heurts, une pratique de dialogue constructif dont le caractère d'exemple a été largement reconnu.

Une île pour les oiseaux

Partie intégrante du projet depuis le début, le volet environnemental de Port 2000 répondait au souci de réduire l'impact écologique des travaux sur l'estuaire du fleuve, dont le nouveau quai rétrécit la largeur. La toute première benne du chantier a d'ailleurs été mise en action, en 2001, pour la construction d'un reposoir sur dune destiné aux oiseaux. Afin de diversifier les sites d'accueil, un îlot de 5 ha a ensuite été aménagé à leur attention, ainsi qu'une plage écologique accueillant aussi les plantes de milieu salin. Il s'est également agi de réhabiliter les vasières, habitats des vers, mollusques et crustacés dont se nourrissent les oiseaux d'eau et les poissons. Deux projets européens LIFE sont par ailleurs venus compléter ces opérations: un projet LIFE Nature pour la protection et la gestion des habitats du butor étoilé, et un projet LIFE Environnement, "Ecoport", pour la gestion des déchets maritimes.

Résultats

Avec quatre nouveaux terminaux en service dans le deuxième semestre de 2007, Port 2000 permettra de doubler la capacité annuelle du Port du Havre tout en assurant des temps d'escale plus courts, une plus grande sécurité maritime, la proximité d'importantes infrastructures logistiques avec possibilité de formation de trains entiers. En termes d'emploi, plus de 2 500 postes de travail sont dès à présent une réalité sur les quelque 6 000 prévus dans les entreprises de logistique, transports, commerce et services portuaires.

D'ores et déjà donc, le projet est annonciateur d'une embellie économique pour la Porte océane et pour l'ensemble de la région de Haute-Normandie. D'importants défis se profilent toutefois pour les années à venir: mettre en place des transports intermodaux suffisants face à l'accroissement du trafic de marchandises, assurer un développement urbain équilibré et renforcer la démarche environnementale engagée.

(1) Désormais classé réserve naturelle au sein du réseau européen Natura 2000.

(2) EVP: Equivalent Vingt Pieds, mesure statistique pour le trafic de conteneurs.

Date de rédaction

01/01/2007