Le projet «The Living Lab on Wellbeing Services and Technology» permet aux personnes âgées de vivre de façon autonome.

Il s'agit d'un projet de deux ans mis en œuvre pour tester des services et technologies du bien-être dans des situations de la vie réelle, notamment dans des maisons de repos pour personnes âgées. Plusieurs projets de suivi ont été lancés à l'issue de ce projet. Ils ont réuni des acteurs publics et privés autour d’un objectif: élaborer un nouveau modèle favorisant l’autonomie.

Autres outils

 
La technologie est testée dans un laboratoire vivant en vue d'aider les personnes âgées à vivre chez elles de façon autonome. © Living Lab on Wellbeing La technologie est testée dans un laboratoire vivant en vue d'aider les personnes âgées à vivre chez elles de façon autonome. © Living Lab on Wellbeing

" Ce nouveau modèle de laboratoire vivant modifie le système de coopération entre le secteur public, le secteur privé et la population en créant des services plus rentables et des technologies conviviales pour les personnes âgées. "

Niina Holappa, responsable du projet Living Lab

Ces projets offrent des solutions au problème du changement démographique. Leur but est de concevoir et tester des technologies de pointe dans le domaine du bien-être afin d'aider les personnes âgées souffrant de troubles de la mémoire à conserver une vie autonome tout en restant chez elles, avec l'aide des utilisateurs. Cette solution, qui repose sur la mise en œuvre de partenariats entre le secteur public, le secteur privé et la population, a renforcé la coopération entre les autorités locales, les entreprises et les citoyens.

L'engagement de nombreux acteurs

À l'origine, trois régions de Finlande occidentale participaient à ce projet de «laboratoire vivant»: Satakunta, Tampere et l’Ostrobothnie du Sud. Les tests ont été principalement réalisés sur trois groupes, à savoir les personnes âgées, les proches et les professionnels prenant en charge des personnes âgées, qui ont pu utiliser les innovations technologiques les plus récentes. Les fournisseurs ont formé les personnes chargées de réaliser les tests et apporté une assistance technique tout au long du processus.

Dans la région de Satakunta, 8 produits et services technologiques ont été mis au point et adaptés avec l'aide de près de 200 utilisateurs, tandis qu'une plateforme télévisuelle numérique innovante a été testée à Tampere. Dans la région d’Ostrobothnie du Sud, le projet a conduit à la formation de groupes pluridimensionnels (KAT), constitués de parties prenantes publiques et privées responsables des services de soins infirmiers et de prise en charge, qui ont été confrontés à 110 clients.

Le projet se poursuit

La nomination du projet parmi les finalistes de l'édition 2013 du concours RegioStars, qui distingue les projets innovants, démontre le succès de cette idée de laboratoire vivant. Destiné à s'achever en 2012, ce projet a donné lieu, dans de nombreuses régions, à des projets de suivi qui ont à leur tour bénéficié du soutien financier du Fonds européen de développement régional (FEDER).

Par exemple, dans la région de Satakunta, le développement des technologies du bien-être s'est poursuivi dans le cadre du projet «Living Lab – User-driven Wellbeing in Satakunta». Pendant deux ans, 17 tests ont été réalisés avec 11 entreprises spécialisées dans ce type de technologies. De plus, 150 étudiants dans le domaine des soins aux personnes âgées ont été informés des nouvelles possibilités.

Le projet a aussi été étendu à l'Ostrobothnie du Sud avec le projet TUPA –Tukea ja hyvinvointia kotona asumiseen (aide à la lecture et au bien-être à domicile), en faveur du bien-être et de l'autonomie.

Investissement total et financement de l’UE'

Les projets «The Living Lab on Wellbeing Services and Technology», «Living Lab – User-driven Wellbeing in Satakunta» et «TUPA» ont fait l'objet d'un investissement total de 918 640 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s'élève à 697 584 EUR au titre du programme opérationnel «Finlande occidentale» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

15/07/2015