ROADEX: améliorer l’accès des régions éloignées

RegioStars 2009 FinalistLe réseau routier revêt une importance capitale pour les zones rurales reculées du Nord de l’Europe où la densité de population est faible, où les hivers sont froids et les marchés éloignés. Le réseau ROADEX a été mis sur pied pour assurer aux habitants de ces régions un réseau routier fiable, garantie de leur accès à ces «cordons ombilicaux» et aux industries indigènes comme la pêche, l’agriculture et la sylviculture.

Autres outils

 

«Grâce à ROADEX et à la masse de connaissances que nous avons pu acquérir, nous serons en mesure d’exploiter au maximum nos atouts et de justifier plus facilement les investissements supplémentaires dont a besoin notre réseau routier local.»
John Laing, conseiller et président de TEC Services

Le projet a réuni des ingénieurs des régions périphériques septentrionales et leur a demandé de mettre en œuvre des initiatives conjointes de recherche et d’identifier des solutions communes. ROADEX a ainsi clairement montré comment l’innovation peut déboucher sur des améliorations mesurables dans ces régions présentant en apparence un potentiel d'innovation réduit.

Des routes fiables et en bon état

Le réseau ROADEX encourage la coopération entre les régions situées à l’extrême nord de la Finlande, de l’Écosse, de la Norvège et de la Suède et la totalité du territoire du Groenland, de l’Islande et des Îles Féroé. Les habitants et les entreprises de ces régions sont en effet confrontés aux mêmes problèmes de mobilité et d’accès et doivent absolument pouvoir compter sur des réseaux de communication fiables et en bon état, et ce 12 mois sur 12.

Ainsi, le secteur de la pêche du Nord de la Norvège et des Highlands écossais doit être en mesure d’approvisionner les marchés d’Europe centrale en saumon et en cabillaud frais, par exemple, dans les deux jours suivant le départ de l’usine. Le respect de ces délais exige une coopération étroite avec le district routier local.

Garantir la fiabilité et le bon état de ce réseau local est donc la raison d’être de ROADEX. Le projet le plus récent, ROADEX III, s’inscrit dans la suite d’un projet pilote de trois ans lancé en 1998 et d’un projet de recherche et d’innovation mis en œuvre entre 2002 et 2005. Il se propose d’exploiter les connaissances sur les chaussées à faible trafic n’enregistrant généralement pas plus de 350 véhicules par jour.

Échanger le savoir-faire

Plus de 1 000 ingénieurs et cadres ont été initiés aux nouvelles technologies ROADEX grâce à un site Internet, des guides pratiques publiés en six langues, des séminaires pour le personnel technique et les décideurs et un module de formation en ligne sur l’entretien des routes rurales en terrain difficile et soumises à des conditions climatiques extrêmes.

L’adoption des techniques ROADEX s’est traduite, pour les partenaires, par un impact positif, direct et quantifiable. Parmi ces avantages, retenons l’amélioration des systèmes de surveillance du réseau routier, les analyses d’évacuation de l’eau, l’évaluation des risques, l’examen des questions de santé et les facteurs socioéconomiques. Autant d’aspects qui facilitent l’harmonisation des pratiques et des normes routières dans les pays partenaires. Le réseau existant s’est engagé à poursuivre la collaboration dans le cadre d’un nouveau projet axé sur la mise en œuvre physique des nouvelles technologies ROADEX.

Date de rédaction

15/06/2010