Identification d’emplacements optimaux pour minimiser les émissions de CO2

La région d’Oulu, dans le Nord de la Finlande, a mis en œuvre un projet de création d’un modèle identifiant les emplacements optimaux pour les commerces de détail en vue de minimiser les émissions de CO2.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

Ce projet, mis en œuvre par le département de géographie de l’Université d’Oulu, a utilisé des méthodes d’information géographique et une analyse numérique en vue d’évaluer les emplacements de magasins existants et prévus en termes d’émissions de CO2 des voitures privées.

Une perspective différente de la réduction des émissions de CO2 dues au transport

Selon l’AIE (Agence internationale de l’énergie), le secteur du transport a produit 23 % de l’ensemble des émissions de dioxyde de carbone de 2007, le transport routier représentant près des trois quarts de ce pourcentage. Il n’est donc pas étonnant que les décideurs se soucient de plus en plus de réduire les émissions liées au transport routier. Ce projet part de l’idée qu’il est possible de réduire ces émissions par le biais de la planification et du contrôle de l’affectation des sols.

En 2008, près de 200 projets de commerce de détail importants au niveau régional étaient en attente à divers endroits, en Finlande. Parmi ceux-ci, 13 étaient concentrés dans la région d’Oulu. L’équipe du projet a utilisé des données du réseau routier et des informations démographiques, notamment différentes variables socio-économiques, pour calculer les émissions théoriques de CO2 associées aux différents types de routes, contribuant ainsi à identifier le meilleur emplacement pour ces futurs commerces.

Analyse Origine-Destination

L’une des méthodes utilisées dans le projet est appelée «analyse Origine-Destination (OD)». Elle consiste essentiellement à calculer les distances du réseau entre une série d’origines (ménages de la région possédant au moins une voiture) et une série de destinations (à la fois les commerces de détail existants et la totalité de la zone étudiée) en considérant l’itinéraire le moins cher.

Grâce à cette analyse OD et à des outils SIG (Système d’information géographique), l’équipe a conclu qu’installer des commerces de détail à proximité d’un centre-ville semblait être la solution optimale en vue de réduire les émissions de CO2 liées au trafic.

Selon Heidi Määttä-Juntunen, chef de projet: «Globalement, je constate que le projet a eu, et a toujours, un impact positif, car il a introduit une nouvelle manière d’étudier l’emplacement des établissements et a alimenté le discours sur la manière de minimiser les émissions dues au trafic. De nombreux points de vue doivent être pris en compte durant le processus de planification, mais il est évident que les méthodes que nous utilisons peuvent fournir aux urbanistes les informations contextuelles relatives aux effets des émissions.»


Date de rédaction

19/08/2011