Baltic Manure: transformer le fumier en ressource

Le projet «Baltic Manure» entend modifier l'image du fumier en transformant ce qui est aujourd'hui considéré comme un déchet d'origine animale sans valeur en ressource pleine d'opportunités.

Autres outils

 
De nouvelles technologies aident à transformer les déchets d'origine animale en ressource pleine d'opportunités commerciales. De nouvelles technologies aident à transformer les déchets d'origine animale en ressource pleine d'opportunités commerciales.

Alors que certains n'y voient qu'un amas de déchets nauséabonds, le projet «Baltic Manure» pressent de magnifiques opportunités pour le fumier. À travers la mise en place de nouvelles technologies de traitement et d'un cadre politique appropriés, le projet ambitionne de transformer les déchets d'origine animale en ressource.

La réalité

La mer Baltique est un bassin maritime relativement pollué, qui souffre d'un excès d'éléments nutritifs, dont une partie provient de l'agriculture et de l'élevage animal, qui occupent tous deux une place importante dans la région. Résultat: la prolifération d'algues.

Le projet «Baltic Manure», un projet phare de la stratégie européenne pour la région de la mer Baltique, vise à apporter une réponse à ce problème en transformant ces déchets en ressource. Pour y parvenir, le projet a rassemblé une série de chercheurs, de développeurs, d'administrateurs et de chefs d'entreprise. Ces experts sont répartis dans trois forums interconnectés: Connaissances, Politique et Vie économique. Ensemble, ils discutent de la façon dont il serait possible de transformer le fumier en source d'énergie et en engrais pour l'agriculture.

Les résultats

Les trois forums combinent leurs efforts pour apporter de nouvelles idées en matière d'élevage dans le but d'améliorer les techniques actuelles et par là, leurs effets sur la qualité du fumier produit. Le programme de recherche assure un suivi de l'impact environnemental de différents types de fumier (solide et liquide) et étudie les différentes technologies actuellement utilisées. Sur la base de ces informations, le projet recommande de nouvelles technologies susceptibles d'améliorer la chaîne de traitement du fumier en termes de développement durable.

Le projet «Baltic Manure» a consenti des investissements importants afin de stimuler le développement commercial de ces technologies, dont de nouveaux dispositifs de prétraitement du fumier solide pour la production de biogaz, un nouveau système d'acidification de lisier et un processus novateur de séparation de fumier. Ces investissements ont un impact positif sur la valeur du fumier en tant qu'engrais et source énergétique, ce qui en fait ainsi une source de revenus supplémentaires pour le fermier.

Lors de sa phase finale, le projet traduira ses résultats en recommandations politiques.

«Bien que le traitement du fumier de façon plus respectueuse de l'environnement reste un défi majeur, il faut également y voir une source d'opportunités pour les personnes participant à l'élaboration de technologies agricoles.»

  • Darijus Valiucko, chargé de communication, programme 2007-2013 pour la région de la mer Baltique.

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «Baltic Manure» bénéficie d’un investissement total de 3 700 000 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional, au titre du programme pour la région de la mer Baltique pour la période de programmation 2007-2013, s’élève à 2 900 000 EUR. L'institut de recherche finlandais MTT Agrifood Research est le principal responsable du projet.


Date de rédaction

29/04/2014