Les déchets d’hier sont l’énergie de demain

Une immense décharge située près de Tallinn a été fermée et la zone a été nettoyée. Élément autrefois disgracieux et source de pollution, le site a été fermé en 2003 et soumis à un important travail s’attaquant aux différents risques environnementaux et sanitaires. Il produit aujourd’hui un précieux biogaz, de la chaleur et de l’électricité pour une entreprise d’énergie locale.

Autres outils

 
L'herbe est plus verte en Estonie, à la suite d'une gigantesque opération de nettoyage L'herbe est plus verte en Estonie, à la suite d'une gigantesque opération de nettoyage

«La fermeture de la décharge de Pääsküla signifie la disparition du site le plus disgracieux de notre paysage. Maintenant, c’est frais et propre et de nouvelles maisons ont récemment été construites à proximité.»
Rainer Vakra, doyen du district de Nõmme

Le nettoyage effectué en trois ans a entraîné d’importantes améliorations locales, rendant notamment la zone inodore, améliorant la qualité de l’eau et permettant le retour de certains animaux sauvages. Les autorités de la ville espèrent transformer cet endroit en zone de loisirs.

Grand nettoyage

Au cours de la dernière décennie, afin de respecter la directive de l’UE de 2001 sur les décharges, l’Estonie a introduit de nouveaux centres de gestion des déchets, encourageant le recyclage et la récupération, fermant les vieilles décharges et détournant les déchets de celles-ci. Elle possède maintenant seulement cinq décharges municipales, toutes gérées avec soin pour réduire leur impact environnemental, alors qu’elle avait encore environ 350 décharges non gérées pour la plupart il y a dix ans.

Tallinn envoyait chaque année environ 200 000 tonnes de déchets municipaux à la décharge de Pääsküla. Cela a créé un horrible tas de détritus malodorants, d’environ 40 mètres de haut sur une surface de plus de 30 hectares.

Ouvert pendant 40 ans, le site a été fermé en 2003. Au cours des trois années suivantes, dans le cadre d’un important projet dont 75 % des coûts ont été couverts par le financement de l’UE, la décharge a été bouchée avec un enduit d’étanchéité, une route de 1,8 km a été construite autour et un système de surveillance de la décharge a été installé. D’autres travaux ont été effectués, dont la construction d’un système permettant de recueillir le lixiviat ainsi que d’un système d’irrigation, d’un mur en empilement de vinyle autour de la décharge et d’un système de récupération du gaz de décharge, avec sept kilomètres de conduites, trois stations de régulation, un compresseur et un brûleur à gaz.

Le paysage n’est plus défiguré

Le projet a fait une immense différence dans la région et pour les maisons privées situées à proximité. Les mauvaises odeurs ont disparu, la rivière voisine et l’eau de surface sont plus propres et les nuisances causées par les mouettes et les rongeurs ont également disparu. Il y a maintenant de plus en plus de cerfs, de renards et de lièvres. Grâce aux économies effectuées durant l’adjudication, de l’argent supplémentaire est devenu disponible pour construire une infrastructure publique de réception et de triage des déchets et pour nettoyer la zone de protection sanitaire de 300 mètres de large autour de la décharge.

Le biogaz produit par la décharge a été collecté depuis 1994. Il est maintenant utilisé pour alimenter deux systèmes de production combinée de chaleur et d’électricité, qui sont vendues à une entreprise d’énergie locale. Entre 2002 et 2008, la production annuelle de biogaz a été divisée par plus de dix tandis que la production de chaleur et d’électricité a augmenté de plus d’un tiers. L’ensemble de l’énergie thermique produite et vendue est d’environ 10 GWh/an. La maintenance et la surveillance du site continueront pendant 30 ans.


Date de rédaction

07/01/2010