Eau pure et bonnes affaires

Voici comment un programme cofinancé par l’UE a permis à une PME innovante de développer un procédé environnemental et de le diffuser avec succès sur les marchés des pays voisins.

Autres outils

 
Parmi les avantages de la technologie BioFix d'épuration biochimique des eaux: le peu de boues résiduelles et la simplicité d'extraction de l'azote. Parmi les avantages de la technologie BioFix d'épuration biochimique des eaux: le peu de boues résiduelles et la simplicité d'extraction de l'azote.

Contexte

En Estonie, l’agence gouvernementale Enterprise Estonia (Ettevõtluse Arendamise Sihtasutus / EAS) est une des institutions responsables de la gestion des Fonds structurels de l’UE. Avec l’aide du FEDER, elle pilote différents programmes de soutien aux entreprises, consacrés respectivement à la recherche-développement, à l'exportation et aux start-ups. EAS apporte ses conseils pour toutes les questions de brevet, technologies et services innovants, développement des entreprises, concurrence, etc., que ce soit au niveau de l’étude préliminaire ou avant de soumettre le projet principal. En 2005, EAS a accordé son soutien à 30 études préliminaires (0,3 million d'euros) et à 34 projets (7,8 millions) allant du système de téléphonie intégré et bon marché aux cocons énergétiques pour baignoires en passant par des immeubles d’appartements en bois. Parmi les bénéficiaires du programme consacré à la R&D figurait la société Fixtec.

Projet BioFix

Fondée en 1992, Fixtec est une petite société ciblée sur la technologie environnementale, qu’elle développe ou qu’elle importe. Depuis peu, elle produit des petits épurateurs biologiques d’eaux usées, baptisés "BioFix", pour résidences privées, maisons de retraites, hôtels... Cette idée est née du constat d'une demande très forte sur le marché finlandais. Connue pour ses règles environnementales très strictes, la Finlande impose depuis 2003 l'épuration biochimique des eaux usées, y compris dans les maisons particulières. Or, Fixtec avait remarqué que la plupart des fabricants ne proposaient pas ce type d’épurateurs, d’où son projet de développer le produit et de l’exporter vers le marché finlandais.

Premiers pas

Les premiers tests ont été menés dès 2003. Le but était d’optimiser le processus de purification (aujourd’hui efficace à 95%), ainsi que les dépenses d’exploitation. Parmi les avantages de la technologie BioFix, les plus importants sont la faible quantité de boues résiduelles et la simplicité de l’extraction de l’azote. Les premiers équipements pilotes ont été montés au cours du premier semestre 2006 et la production des pièces a aussitôt débuté. La promotion du produit doit s'étaler sur plusieurs années. La Finlande est pour l’heure le principal débouché, mais Fixtec travaille en parallèle sur les marchés estonien et letton, deux pays où les eaux usées doivent également être traitées avant leur rejet dans la nature.

Partenaires

Deux consultants estoniens (un chercheur et un ingénieur-designer) ont été recrutés pour piloter le projet. La coopération fut étroite avec de nombreuses sociétés étrangères: WatMan Oy, Pumppulohja Oy, Y-Laite Oy, Ekofinn Oy, Ekspo-Net, Reshetilov and Co, etc. Les analyses des eaux ont été menées dans des laboratoires agréés en Estonie. Les tests requis pour l’obtention du label CE sont effectués en Finlande (Suomen Ympäristökeskus et Valtion Tutkimuskeskus) et devraient aboutir durant l’été 2007.

Résultats

L’aventure de BioFix, qui ne fait que commencer, est un exemple de valorisation d’une mise de fonds dans un contexte régional. Grâce à un programme cofinancé par l’UE, Fixtec a réussi à développer ce nouveau produit et de nouveaux procédés, tout en perçant sur de nouveaux marchés. “Nous avons déjà vendu BioFix à plusieurs centaines de clients en Finlande en 2006 et la croissance des ventes devrait décupler”, prédit Mait Põldemaa, directeur de Fixtec. EAS a contribué à établir le business plan pour exporter le produit à grande échelle. Le projet BioFix devrait générer un chiffre d’affaires de près d’un million d’euros en 2010.


Date de rédaction

01/09/2006