En luttant contre la pollution atmosphérique, «Take a Breath» (Prenons un bol d'air) aide les citoyens à rester en bonne santé

Le projet «Take a Breath» (TAB) a mis au point une approche innovante en vue de réduire la pollution atmosphérique liée aux gaz d'échappement, aux activités industrielles et au chauffage des habitations ainsi que ses effets néfastes sur la santé humaine. Cette initiative a pour but de contrer l'impact de la pollution atmosphérique sur le changement climatique, tout en promouvant un développement économique durable dans les villes qui adhèrent au projet. Pour y parvenir, des actions et outils intégrés ont été développés afin de soutenir les décideurs locaux dans leurs efforts pour améliorer la qualité de l'air et de vie, et la santé humaine.

Autres outils

 

" Le projet TAB nous a permis de faire le "

Agnese Ugues, maire de Sangano, Italie

La pollution atmosphérique est un phénomène complexe dont les causes sont souvent bien éloignées des lieux où les conséquences de cette pollution peuvent être ressenties. TAB a recueilli des données environnementales qui ont été insérées dans un observatoire virtuel où s'affichent les niveaux de pollution atmosphérique, leurs interactions avec le climat et leurs conséquences sur la santé humaine dans les villes partenaires.

Ces informations ont servi de base à une consultation transfrontalière sur la qualité de l'air organisée parmi les citoyens, l'industrie, les professionnels de la santé et les organisations non gouvernementales. À leur tour, les résultats de la consultation ont abouti à la préparation d'un document politique reprenant des Plans d'action pour l'adaptation, destinés aux régions partenaires, qui proposent des outils et des actions permettant de réduire la pollution atmosphérique et d'en atténuer les effets.

Une plateforme de coopération et de partage des connaissances

Parmi les autres aboutissements du projet figure la Plateforme d'Europe centrale pour un environnement sain (CEUHEP) – consultable en ligne – qui contribue au recueil et au partage de connaissances grâce à la coopération entre les pouvoirs publics et les experts sur les thèmes de la qualité de l'air et de l'écosalubrité. Les Plateformes nationales pour l'écosalubrité ont été instaurées pour promouvoir le débat sur les causes, les effets et la prévention de la pollution atmosphérique.

Les activités de sensibilisation dans les pays partenaires ont ciblé environ 400 000 individus et, jusqu'à présent, ce ne sont pas moins de 700 personnes, parmi lesquelles des représentants des pouvoirs publics, des professionnels des soins de santé, des experts environnementaux, des professeurs, des étudiants et d'autres acteurs concernés, qui ont déjà pris part à des formations axées sur le développement des capacités. L'intégration des activités de sensibilisation et de formation est une réalisation importante du projet TAB.

Outre les résultats directs qu'il a déjà engrangés, TAB pourra contribuer à la création d'emplois dans une multitude de domaines allant de l'incitation à l'élaboration de systèmes de gestion de l'environnement à la promotion du tourisme local, d'autant qu'un environnement plus propre dans les territoires partenaires ne ferait qu'en renforcer l'attractivité. Le projet mise également sur l'installation d'équipements de chauffage propres ainsi que sur la commercialisation de poêles à bois moins polluants. Les Plans d'actions pour l'adaptation et les déclarations signées par les maires des villes et régions partenaires peuvent contribuer à une amélioration ultérieure de la qualité de l'air et de la santé humaine et, par conséquent, prolonger la durée de vie et le succès de TAB.

Investissement total et financement de l’UE

Le projet «TAB – Take a breath!» a fait l'objet d'un investissement global de 1 877 042 EUR dont 1 559 549,70 EUR ont été alloués par le Fonds européen de développement régional au titre du programme opérationnel «Europe centrale» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

10/12/2014