Cliquez ici pour accéder à l’université électronique

L’Université de technologie de Chypre s’est lancée dans un projet à long terme: se convertir en université électronique pour stimuler l’apprentissage et la recherche.

Autres outils

 
L’Université de technologie de Chypre s’apprête à passer à l’enseignement numérique L’Université de technologie de Chypre s’apprête à passer à l’enseignement numérique

Ce projet vise à offrir aux étudiants, aux chargés de cours et à d’autres membres du personnel une gamme étendue de services utiles dans leur travail et accessibles partout.

Travailler en tout lieu et à toute heure

Ce projet de cinq ans, intitulé e-CUT (electronic Cyprus University of Technology) entend développer les services électroniques de façon à offrir un environnement de travail moderne pour la recherche et l’apprentissage. La nouvelle infrastructure permettra à tous les membres de l’université de tirer le meilleur parti des outils informatiques dans leurs activités d’apprentissage, d’enseignement, de recherche, d’administration et de soutien.

Gérée par le département en charge des systèmes et des technologies informatiques de l’université, cette infrastructure fournira aux utilisateurs finaux un environnement de connexion unique, des applications web dans tous les domaines possibles et des fonctionnalités de travail à distance depuis n’importe quel endroit.

L’adoption d’une gestion plus électronique des procédures administratives, de l’enseignement et de la communication permettra à l’université de réduire la bureaucratie et d’améliorer ainsi son efficacité et sa gestion des ressources. Les étudiants et le personnel disposeront en temps utile d’informations précises, qu’ils se trouvent ou non sur le campus et quelle que soit l’heure. De plus, Chypre développera ainsi son offre d’enseignement à distance.

«La mise en œuvre du projet e-CUT est l’élément essentiel de la promotion de la mission et des objectifs d’une université sécurisée, moderne, flexible et innovante», affirme Filippos Filippou, directeur des systèmes d’information de l’université. «L’Université de technologie de Chypre sera en mesure d’offrir des services de haut niveau et d’utiliser des technologies et infrastructures de pointe au bénéfice du milieu académique, mais aussi de l’ensemble de la population.»

Poursuivre sur sa lancée

L’université a déjà mis au point des services électroniques permettant la publication et les interactions à sens unique ou à double sens. Les futurs investissements lui permettront de développer d’autres services pour les étudiants, les anciens élèves et le personnel enseignant et administratif.

À la fin du projet, l’université aura mis sur pied une architecture système unifiée qui améliorera la coordination et la communication entre tous ses membres. Les nouveaux services seront très divers: les étudiants pourront accéder en ligne à leurs bulletins de notes et à la bibliothèque pour consulter leurs emprunts; les chargés de cours et secrétaires disposeront d’un programme d’accès à des formations; les tuteurs auront les moyens de suivre les progrès de leurs étudiants; il sera possible de réserver des salles de réunions et des laboratoires, de consulter l’état financier des programmes de recherche et d’utiliser des systèmes de gestion des ressources humaines. Chaque utilisateur devra disposer d’une autorisation d’accès de façon à garantir la sécurité des échanges et la disponibilité des informations au travers des applications web.

Ce projet n’aidera pas seulement les membres de l’université; il devrait aussi stimuler les échanges de connaissances et l’innovation à Chypre, améliorer les structures d’enseignement supérieur et bénéficier aux Chypriotes (et autres ressortissants) qui vivent à l’étranger en soutenant l’apprentissage tout au long de la vie et l’enseignement à distance.

«La crise économique rend notre objectif encore plus difficile à atteindre. Néanmoins, je suis fermement convaincu que grâce à la compréhension mutuelle, au recours effectif à la coopération et à la collaboration, nous obtiendrons d’excellents résultats», indique M. Filippou.


Date de rédaction

19/12/2012