Opérations de déminage à la frontière Croate

Des mines antipersonnel, qui avaient été enfouies le long de la frontière entre la Croatie et la Bulgarie durant le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990, ont été enlevées dans le cadre d’un projet financé par l’UE. Outre le fait qu’il permet de protéger la population, ce projet ouvre la voie à la concrétisation de nombreux projets transfrontaliers dans les zones naturelles protégées Natura 2000 et favorisera un tourisme durable.

Autres outils

 
Le projet de déminage a déblayé une zone totale de 2,6 km<sup>2</sup> aux deux côtés de la frontière croato-hongroise. Le projet de déminage a déblayé une zone totale de 2,6 km2 aux deux côtés de la frontière croato-hongroise.

Le projet de déminage, qui devait s’étaler sur une période de 24 mois, était le plus vaste programme IAP (Instrument d’aide de préadhésion) de coopération transfrontalière entre la Hongrie et la Croatie pour la période 2007-2013. Il a bénéficié d’une aide communautaire de quelque 3 millions d’euros. Il complète d’autres investissements effectues via le programme dans les domaines de l’environnement et du tourisme durable.

Pendant la durée du projet, des levés ont été réalisés afin de localiser les mines et un ordre de priorité a été établi en vue de leur enlèvement. Une superficie de 1 km2 a été nettoyée ou déclarée sûre du côté hongrois de la frontière, tandis qu’une superficie de 1,6 km2 a été déblayée du côté croate.

Le nettoyage du champ de mines dans la zone frontalière était une condition préalable à la réalisation de nombreux projets de coopération transfrontaliere concernant la zone naturelle protégée Natura 2000.

Nettoyer un champ de mines jusqu’alors inconnu

Au début de 2011, la Hongrie a découvert un champ de mine jusqu’alors inconnu le long de sa frontière avec la Croatie, dans le comté d’Osjecko-Baranjska, en Croatie, et le comté de Baranya, en Hongrie. Les terrains mines sont les séquelles du conflit qui a secoué la région durant les années 1990 et, comme l’exige la Convention d’Ottawa relative aux mines antipersonnel, la Hongrie a isolé la zone dangereuse à sa frontière méridionale et a signalé le danger.

En septembre 2011, un projet croato-hongrois financé par des fonds communautaires a été mis en place afin de sonder et de nettoyer les champs de mines présentant un danger. Ce projet a également permis la réhabilitation environnementale de la zone, comme le prévoyait la directive de l’UE relative aux habitats.

Ouvrir la voie au tourisme durable et à la protection de l’environnement

La zone ayant été déblayée, les travaux se poursuivent pour développer le tourisme durable dans la région : création de parcours thématiques sur le patrimoine culturel et promotion d’itinéraires cyclistes autour des sites historiques de la région.

La préservation de la zone protégée du parc national du Drava-Danube peut maintenant être entreprise sans risque pour les personnes qui s’y trouvent. Il est aussi plus facile d’entretenir les digues et de lutter contre les inondations dans la zone frontalière. Par ailleurs, des terres sont à nouveau disponibles en vue d’une exploitation agricole.

"Le fait est que, avec la disponibilité des fonds de l'UE via l'IPA HU-HR (Programme de coopération transfrontalière Hongrie-Croatie), nous n'éliminons pas seulement une menace, mais nous jetons plutôt les bases pour de nouvelles synergies. Cela engendrera de nouvelles opportunités qui prouveront les bénéfices d'une cohésion des deux parties qui étaient séparées auparavant. Le plein impact de ce que nous avons mis en marche pourrait aller au-delà de ce que nous avions imaginé."

M. Miljenko Vahtarić, Directeur Adjoint par intérim du Centre Croate d'Action Anti-mines (CROMAC)


Investissement total et financement de l’UE

Le projet « Réhabilitation de zones contaminés par les mines antipersonnel dans la zone Drava-Danube » a fait l’objet d’un investissement total de 3 529 393 EUR. La contribution de l’instrument d’aide de préadhésion de l’UE s’élève à 2 999 984 EUR au titre du programme opérationnel Hongrie-Croatie Programme de coopération transfrontalière au titre de l’IPA.


Date de rédaction

12/05/2014