Vaste extension du métro de la capitale

La construction d’un tronçon de 6,5 km de voies souterraines (métro) va compléter la section centrale manquante de la ligne 2 de Sofia, la capitale bulgare. Le projet, dont la fin est prévue en 2012, réduira les temps de parcours en ville et contribuera à résoudre le problème grandissant de la congestion routière.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

Le nouveau segment, qui comptera sept stations de métro, est crucial. Il fait partir d’un réseau de métro en plein essor qui devrait à terme comporter trois lignes se croisant toutes au centre-ville, avec plus de 60 stations au total.

Jeter les bases d’un système intelligent et durable

Le système de métro de Sofia a du mal à faire face à l’explosion de la population (la ville compte déjà environ 1,6 million d’habitants) et à un parc automobile de plus en plus grand. Le nouveau projet comble un vide de 6,5 km sur la ligne n° 2 du métro et s’étend du nord-ouest au sud-est de la ville. Il sera construit entre le carrefour Nadejda et le boulevard Cherni Vrah, et passera par la gare ferroviaire centrale et la place Sveta Nedelya. Le projet inclut également la construction de 4,4 km de tunnels et de cinq nouvelles stations.

Plus de passagers à bord

Lorsque le projet sera terminé, le nombre d’usagers du métro augmentera de manière stupéfiante, passant de 78 000 à pas moins de 295 000 passagers par jour. La capacité pourrait encore être augmentée à l’avenir, par l’utilisation de convois de cinq voitures contre quatre aujourd’hui. Les trajets seront plus rapides et les connexions plus aisées avec les trains de surface, les bus et la navette en métro vers l’aéroport international de Sofia (en projet). Ce nouveau tronçon devrait créer 1 500 emplois pendant la phase de construction, et 360 autres postes à long terme.

Un transport vert et économe

Le temps gagné grâce à la rapidité du métro par rapport au transport public en surface devrait se chiffrer à 19 300 heures par jour. En termes monétaires, cela équivaut à des économies annuelles estimées à 35,27 millions d’euros. Le nombre de véhicules en surface va par ailleurs diminuer d’environ 30 trams et 52 bus, soit une économie de 3,11 millions d’euros par an. Les accidents de la route, graves et moins graves, devraient également se faire considérablement plus rares et permettre une économie supplémentaire de 8,6 millions d’euros par an. Quant au côté vert de l’équation, les niveaux de pollution de l’air devraient chuter puisque l’émission de 11 500 tonnes de CO2 sera évitée chaque année.

Date de rédaction

22/08/2011