De meilleures liaisons routières pour rejoindre la mer Noire

Un nouveau tronçon d’autoroute de 356 km qui s’étend de Sofia, capitale de la Bulgarie, à Burgas, ville côtière de la mer Noire, est en phase finale de construction. Les travaux, effectués dans le cadre d’un nouveau projet financé en partie par l’Union européenne, s’attacheront à compléter le dernier tronçon manquant.

Autres outils

 

La dernière section de la route, qui mesure près de 115 km, s’étend de Stara Zagora à Karnoba dans l’est de la Bulgarie. Une fois terminée, cette route rendra le transport routier dans le sud-est de la Bulgarie plus rapide, plus sûr et plus efficace.

Le dernier tronçon en voie de construction

L’autoroute A1 Trakia, dont les travaux ont commencé il y a plusieurs années, s’étend sur un axe est-ouest et relie Sofia à la mer Noire. Elle fait partie du corridor VIII du réseau transeuropéen de transport qui relie l’Albanie et la Macédoine aux ports bulgares situés sur la mer Noire.

Plusieurs tronçons de l’autoroute sont déjà terminés et en service, notamment la section qui va de Sofia à Stara Zagora à l’ouest, et celle de Karnobat à Burgas à l’est. Le nouveau projet consiste à terminer le tronçon restant, d’une longueur de 115 km. Les travaux, divisés en trois parties, ont débuté en mai 2010.

La première partie mesure 31,8 km et s’étend de Stara Zagora à Nova Zagora; la deuxième fait quelque 35,7 km de long, et va de Nova Zagora à Yambol; la troisième s’étire sur quelque 47,7 km et relie Yambol à la ville de Karnobat. L’autoroute a une largeur standard de 29 m, dont 15 m de bandes de circulation.

Ce projet comprend la construction de la substructure et de la superstructure de la route, ainsi que d’importantes infrastructures telles que cinq carrefours, dix ponts, et des dizaines de passerelles et de souterrains au-dessus ou en dessous de voies ferrées ou de routes. Les travaux serviront également à relocaliser certaines installations publiques, à installer des dispositifs de sécurité et de protection de l'environnement, et à construire huit aires de repos et/ou de service disposées symétriquement de part et d’autre de l’autoroute.

Des trajets plus aisés et plus sûrs

Le projet devrait permettre d’augmenter la vitesse (de 68 km/h à 105 km/h) et de raccourcir le temps de trajet de quelque 48 minutes en moyenne sur l’ensemble du tronçon. Il devrait également réduire sensiblement le nombre d’accidents de la route, jusqu’à 5 fois, ainsi que le nombre de victimes sur les routes (neuf fois moins de morts, sept fois moins de blessés graves).

Les premiers à bénéficier de cette nouvelle infrastructure seront les usagers de la route et les populations locales. Le trafic de transit devrait être détourné de nombreux villages et villes qui souffrent actuellement de la pollution sonore et atmosphérique et qui sont confrontés à des situations dangereuses. Le transport routier dans la zone située dans le sud-est de la Bulgarie sera amélioré. L’agence bulgare en charge des infrastructures routières sera responsable de l’entretien des infrastructures nouvellement construites, qui sera financé à l’aide des taxes perçues par le ministère des finances par le biais des vignettes et des montants prélevés sur le budget de l'État.


Date de rédaction

21/02/2011