Des projets pionniers de démonstration des piles à hydrogène au service de la stratégie verte de l’UE

RegioStars 2013 FinalistL’hydrogène durable est un élément important des mesures prises par l’Europe pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et accroître l’efficacité énergétique. La région transfrontalière Flandre - Pays-Bas du Sud fait figure d’exemple en matière d’utilisation des piles à hydrogène durable.

Autres outils

 

Les régions de la Flandre (BE) et des Pays-Bas du Sud (NL) offrent un potentiel considérable pour l’utilisation de l’hydrogène comme source d’énergie économique et durable. Cette zone abrite en effet de nombreux acteurs importants et prometteurs dans ce domaine ainsi qu’un grand nombre d’utilisateurs finaux de l’hydrogène.

Le projet «Région hydrogène Flandre – Pays-Bas du Sud» a été lancé en 2009 afin de faire de cette région un «centre névralgique» à forte intensité de connaissances pour la production durable de l’hydrogène et de ses applications, en particulier celles appelées à une commercialisation rapide.

Cette initiative, dirigée par la Flandre, est menée parallèlement aux travaux de l’UE. Celle-ci a en effet lancé récemment l’Initiative technologique conjointe (ITC) pour les piles à combustible et l'hydrogène, dont l’objectif est de réunir l’expertise et les ressources de l’industrie européenne, des centres d’expertise et des régions en vue de la mise en œuvre de projets de démonstration. Le projet Flandre – Pays-Bas du Sud entend s’imposer comme chef de file de ce programme.

Le projet de trois ans, qui est financé par l’UE (FEDER), les autorités flamandes et néerlandaises et l’industrie, vise avant tout la création d’infrastructures de ravitaillement en hydrogène durable ainsi que l’utilisation efficace de l’hydrogène, par exemple en tant que produit résiduel de l’industrie du chlore.

Il cherche également à promouvoir des projets impliquant une utilisation efficace de l’hydrogène et des piles à combustible et permettant une adoption rapide dans de nouveaux domaines d’application tels que la logistique, le transport maritime et les transports publics.

Des solutions techniques innovantes

Le projet consacré à l’hydrogène réunit des partenaires de l’industrie (grandes entreprises et PME), des centres de recherche, des universités et des acteurs du développement régional des deux régions, sous la coordination de WaterstofNet, une organisation sans but lucratif.

Il encourage et incite les PME à mettre au point des solutions techniques innovantes qui rendront les applications de l’hydrogène plus efficaces, durables et compétitives. À ce jour, 12 projets de démonstration ont été menés à bien ou sont en cours. Ils impliquent plus de 50 acteurs, dont la moitié sont des PME.

L’installation, dans l’usine Solvay située dans la zone portuaire d’Anvers, de la plus grande structure au monde d’essai des piles à combustible pour l’hydrogène résiduel est un événement majeur. Cette usine transforme l’hydrogène résiduel issu de la production de chlore en électricité 1 mégawatt (MW), ce qui est suffisant pour approvisionner en électricité quelque 2 000 foyers. Les équipements ont été fournis par un consortium de PME belges, néerlandaises et allemandes.

Dans le cadre d’un autre projet, une pompe à hydrogène «délocalisable» a été installée au centre logistique de l’un des plus grands distributeurs de Flandre, Colruyt. Inaugurée en février 2012, la pompe produit de l’hydrogène vert à partir de sources renouvelables comme l’énergie éolienne et l’énergie solaire. L’hydrogène est utilisé comme carburant pour des véhicules tels que des chariots élévateurs, et occasionnellement des voitures particulières.

Développement de projets maritimes

Sept projets de démonstration maritimes et logistiques à zéro émission sont également élaborés dans ce cadre. Ils se concentrent plus particulièrement sur la conversion à l’hydrogène de chariots élévateurs, de navires, d’une benne à ordures, d’un véhicule utilitaire et d’un bus.

Parallèlement à ces projets de démonstration, un programme éducatif interactif sur l’hydrogène est actuellement préparé, en collaboration avec un groupe d’universités et d’écoles professionnelles locales, afin de faciliter le recrutement de nouveau personnel par les PME qui développent leur activité d’hydrogène.

Grâce aux résultats du projet, d’importants partenaires industriels (des grandes entreprises mais aussi des PME) deviennent membres du cluster consacré à l’hydrogène coordonné par WaterstofNet, le programme régional de coordination pour l’hydrogène.

Pendant toute la durée du projet, WaterstofNet a participé à plusieurs nouveaux projets européens, dont «HighVLOcity», un projet d’initiative conjointe financé par l’UE visant à promouvoir l’utilisation de bus à piles à combustible dans les transports publics en Écosse (UK), en Ligurie (IT) et en Flandre, avec l’hydrogène résiduel comme carburant.


«Grâce au projet de l’hydrogène, la région transfrontalière Flandre – Pays-Bas du Sud s’est imposée comme un acteur international de premier plan dans le développement de technologies de pointe de l’hydrogène. Ses activités sont axées sur les applications de l’hydrogène non fossile destinées à une commercialisation rapide. Le succès du projet a permis une coopération plus large avec d’autres régions leaders dans ce domaine et a contribué à la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020 en matière d’énergie verte
Adwin Martens, Directeur, WaterstofNet


Date de rédaction

25/10/2012