Le bâtiment historique de l'École des vétérinaires va accueillir un nouveau centre d'affaires

Un projet de rénovation écoénergétique de l'ancienne École des vétérinaires d'Anderlecht, un point phare du renouvellement urbain à Bruxelles, permettra de créer un espace de bureaux de premier ordre destiné aux PME et aux jeunes entreprises locales.

Autres outils

 
Représentation de l'architecte de la future cafétéria. © Bart Blancquaert – HASA architecten Représentation de l'architecte de la future cafétéria. © Bart Blancquaert – HASA architecten

" Il s'agit d'un projet magnifique qui nous permet de réhabiliter un monument historique majeur tout en stimulant la création d'emplois dans un quartier défavorisé. "

Christophe Dielis, échevin en charge de la rénovation urbaine

Le bâtiment de 2 400 m2 abritera environ six jeunes et petites entreprises ainsi qu'un centre de conférences. Durant les différentes phases de la rénovation, quelque 20 travailleurs seront embauchés et, selon les estimations, un total d'environ 50 emplois devrait être créé grâce aux activités prévues dans le centre d'affaires.

L'objectif consiste à transformer l'ancienne École des vétérinaires en un véritable Espace Lumière, une vitrine intéressante pour les nouvelles entreprises. Vide et abandonné depuis plus de vingt ans, le bâtiment de l'ancienne École des vétérinaires, un site classé qui a été construit en 1910, est situé dans le quartier très défavorisé de Cureghem à Anderlecht, l'un des secteurs les plus difficiles — et les plus dynamiques — de Bruxelles.

Les autorités régionales bruxelloises, avec le soutien du Fonds européen de développement régional, promeuvent le développement économique durable dans la «Zone d'intervention prioritaire» aux alentours du canal de Bruxelles, et la commune d'Anderlecht met en œuvre plusieurs projets ambitieux de renouvellement urbain.

Rénovation durable

Les plans du bâtiment rénové intègrent des éléments de consommation basse énergie. Lorsque la rénovation sera terminée, la consommation d'énergie primaire (l'énergie nécessaire pour chauffer le bâtiment) sera inférieure à 60 kWh/m² par an, ce qui représente environ 30 % de moins que la consommation d'énergie standard des bâtiments de bureaux en Belgique. De plus, la rénovation elle-même met en avant le respect de l'environnement puisqu'elle permet un recyclage et une réutilisation systématiques de plus de 80 % des débris retirés du site.

Karim Boulmaïz, le directeur technique du projet, explique qu'un équilibre délicat doit être trouvé entre la nécessité d'une remise à neuf approfondie et complète afin d'améliorer les performances et de rendre le bâtiment habitable, et les restrictions imposées dans la cadre de tout projet de rénovation ou de maintenance d'un site historique classé. Christophe Dielis, l'échevin en charge des projets de rénovation dans la commune, rappelle également cette attention portée à la conservation de l'héritage et souligne, par la même occasion, l'objectif de soutien aux entreprises locales.


Investissement total et financement de l'UE

Le projet «École des vétérinaires» a fait l'objet d'un investissement total de 11 548 620 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s'élève à 4 086 000 EUR au titre du programme opérationnel «Bruxelles-Capitale» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

14/12/2014