Des technologies navales propres en mer du Nord

Le projet Clean North Sea Shipping (CNSS) rassemble 18 partenaires issus de 6 pays et vise à réduire les émissions de gaz d'échappement des navires dans la région de la mer du Nord.

Autres outils

 

Des projets comme celui-ci contribuent à faire de l’UE une économie intelligente, durable et inclusive d’ici 2020, comme le prévoit la stratégie de croissance Europe 2020. L’UE doit relever de grands défis tels qu’une population vieillissante, une main-d’œuvre trop peu qualifiée, la nécessité d’innover davantage, de trouver un équilibre entre croissance économique et dégradation de l’environnement, et de veiller à des approvisionnements énergétiques propres et sûrs. Partout dans l’UE, les projets de politique régionale jouent un rôle fondamental pour s’attaquer à ces défis et à bien d’autres au travers de projets conçus pour créer de l’emploi, améliorer le rendement scolaire, développer des sources d’énergie renouvelables, encourager la productivité et donner les mêmes chances à tous les citoyens. Les projets et les régions jouent un rôle pivot puisqu’ils fournissent des résultats tangibles permettant d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie.

L’objectif derrière le projet CNSS est d’améliorer les conditions sanitaires et environnementales, dégradées à cause de la pollution de l’air et des gaz à effet de serre résultant du transport de marchandises, le long de la côte et dans les ports de la mer du Nord. Pour y parvenir, CNSS organise des actions de sensibilisation et un partage des connaissances, et convainc les acteurs influents d’agir. Il est l’un des nombreux projets à bénéficier d’un soutien financier du programme INTERREG IVB pour la région de la mer du Nord, qui permettront d'apporter leur contribution à la prochaine génération de politiques et stratégies de l'industrie maritime européenne à tous les niveaux.

Causes et effets

Si le transport maritime est l’un des modes de transport les plus respectueux de l’environnement en termes de biens par unité, il constitue toujours une importante source de pollution atmosphérique. La récente communication de l’UE sur l’avenir des transports stipule que les émissions générées par les navires doivent être réduites pour contrer les effets néfastes des niveaux alarmants de pollution de l’air. Depuis 2010, la législation européenne impose également une limite de 0,1 % pour la teneur en soufre des combustibles utilisés par les bateaux à quai dans les ports de l’UE. Dans la région de la mer du Nord et de la mer Baltique, cette limite s'appliquera aux bateaux naviguant en mer à partir de 2015. Les navires devront donc opter pour des combustibles plus légers, ce qui entraînera une augmentation des coûts et donc des effets économiques très négatifs pour le transport maritime en mer du Nord et les industries portuaires associées.

Des solutions respectueuses de l'environnement et durables

Le projet CNSS mène des études pour évaluer le statut de la qualité de l'air dans les ports et les zones environnantes, qui serviront de base au développement de solutions technologiques transparentes et rentables et de programmes d’amélioration de la qualité de l’air. Il s’emploiera à mettre en place des solutions pratiques et des concepts écologiques, durables et économiques en accord avec les normes de l’UE et de l’Organisation maritime internationale (OMI).

Des technologies navales propres

L’objectif du projet est de réduire la pollution atmosphérique et les émissions de gaz à effet de serre en utilisant les technologies disponibles et en mettant sur pied des infrastructures d’approvisionnement énergétique propres et économiques pour les navires à quai dans les ports et en mer. En développant des exemples-types de mise en œuvre rentable, il encourage le recours à grande échelle aux technologies navales propres dans la région de la mer du Nord. Le projet lancera également un cadre réglementaire agrémenté de mesures incitatives pour augmenter l'utilisation des technologies et carburants écologiques dans le transport de marchandises, sans pour autant influer de manière négative sur la position compétitive du transport maritime en mer du Nord.

Les résultats escomptés:

  • un manuel commun sur l'application des différents programmes de qualité de l'air;
  • une stratégie commune en matière de transports maritimes pour la mer du Nord;
  • le développement d’une «déclaration sur l’environnement» commune;
  • des directives communes pour une navigation moins polluante;
  • une étude sur l’impact de scénarios sur les émissions futures des navires;
  • la démonstration d’une surveillance harmonisée/procédure de simulation dans 2 à 4 ports.

Date de rédaction

29/08/2011