Le projet CC2150 rassemble les communautés côtières pour lutter contre l'impact du changement climatique

Le projet «Coastal Communities 2150 (CC2150)» a établi six communautés pilotes dans des zones côtières du sud-est de l'Angleterre, de Belgique et des Pays-Bas afin d'aider ces zones à comprendre les enjeux du changement climatique et à relever ce défi.

Autres outils

 
Aduresselles, dans le Nord de la France, une région côtière qui a bénéficié du projet. Source: Eric Desaunois Aduresselles, dans le Nord de la France, une région côtière qui a bénéficié du projet. Source: Eric Desaunois

" L'héritage du projet CC2150 a permis l'émergence de communautés locales informées et plus autonomes, plus résistantes et plus susceptibles de prendre des décisions avisées en matière de planification en vue d'un avenir prospère. "

John Gower, Agence britannique pour l'environnement

Par le biais d'un échange de connaissances dans le cadre de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) – qui dépasse les frontières nationales –, le projet CC2150 visait à réduire l'impact des changements côtiers sur les communautés vulnérables. Le projet a permis la mise en commun de ressources, d'expériences et de savoir-faire.

John Gower, de l'Agence britannique pour l'environnement, déclare: «Les communautés ont développé de nouveaux outils de communication et envisagé des solutions à long terme pour s'adapter aux conditions météorologiques extrêmes et à la hausse des températures et du niveau de la mer.»

Un héritage qui perdure

Le calendrier du projet à long terme – qui consiste à se préparer pour 2150 – a permis aux communautés de prendre en compte les implications plus larges du changement climatique et d'en apprendre davantage sur les différentes situations locales. Par exemple, dans le sud de l'Angleterre, le partenaire du projet, le conseil du comté de l'Hampshire, a travaillé avec six petites communautés locales confrontées au risque d'élévation du niveau de la mer pour trouver des solutions à ce problème à court, moyen et long termes. Grâce à l'utilisation de visualisations informatiques et de campagnes ciblées, ce partenaire était en mesure d'aider les collectivités à mieux comprendre les risques et les possibilités en jeu.

Un autre partenaire, le conseil du comté de Kent, a évalué les impacts plus larges du changement climatique sur trois communautés côtières, chacune ayant sa propre identité, tandis que dans l'East Sussex, l'Agence britannique de l'environnement a collaboré avec les résidents et les autorités côtières au travers d'images artistiques et informatiques de futurs scénarios probables. De même, Alterra, aux Pays-Bas, a collaboré avec ses habitants dans le cadre de ses plans économiques à long terme pour Renesse, Schouwen-Duiveland, qui incluent des considérations écologiques.

En Belgique, le projet West Vlaanderen a impliqué les parties prenantes dans des approches intégrées de gestion des zones côtières à long terme, tandis que la division côtière de l'Agence des services maritimes et côtiers a présenté les avantages de l'adoption d'un plan couvrant toute la côte belge.

Des partenaires français ont également bénéficié du projet en qualité d'observateurs; ils ont pu notamment tirer des enseignements des diverses pratiques mises en œuvre pour élaborer leurs propres réponses aux effets du changement climatique.


Investissement total et financement de l'UE

Le projet «Coastal Communities 2150» a fait l'objet d'un investissement total de 2 886 000 EUR. La contribution du Fonds européen de développement régional s’élève à 1 443 000 EUR au titre de l'axe prioritaire «Promotion d'un environnement plus sûr et plus sain» du programme opérationnel «Interreg IV A 2 Seas» pour la période de programmation 2007-2013.


Date de rédaction

22/05/2015

Vidéos