Bioéconomie: coup de pouce pour l’Europe du Nord-Ouest

La transition vers une bioéconomie durable est l’un des plus grands défis de l’Europe actuelle. Profitant d’un juste équilibre entre soutien financier, technologique et politique, l’Europe du Nord-Ouest s’érige en pôle de référence pour le développement d’activités biologiques. Les PME sont les premières à bénéficier des efforts entrepris dans le cadre du projet Bio Base NWE financé par l’Union.

Autres outils

  •  
  • Diminuer la taille du texte  
  • Augmenter la taille du texte  
Bio Base NWE publie des informations sur son projet ©BiobaseNWE Bio Base NWE publie des informations sur son projet ©BiobaseNWE

" Le project envoie un message clair aux investisseurs européens: grâce à des installations pilotes communes de pointe et à un système de chèques à la portée de tous, les PME peuvent concrétiser leurs recherches en investissements et en emplois "

Lieve Hoflack, gestionnaire de projet au sein de l’usine pilote Bio Base Europe

Dans une bioéconomie, la biomasse remplace les ressources non renouvelables utilisées pour produire des combustibles, de l’énergie et des matières qui servent à la fabrication des produits. L’abandon des combustibles fossiles est une chance incroyable à saisir pour faire le pari d’une croissance «verte» durable grâce à l’innovation, mais nécessite pour ce faire un investissement concerté sur le long terme.

Le projet Bio Base NWE financé par l’Union a fourni l’aide et la vision à long terme nécessaires pour faire de l’Europe du Nord-Ouest un chef de file de la bioéconomie. Son rôle a été décisif car le projet a apporté un soutien financier, technologique et politique, mais aussi des activités de formation et de mise en réseau, surtout pour les PME actives dans ce secteur.

Programmes innovants

Le projet rassemble des experts issus de huit organisations réparties dans cinq pays différents. Il a apporté des solutions technologiques à plus de 755 PME et leur a permis d’entrer en contact les unes avec les autres. Il a recensé les obstacles à l’innovation et les a traduits en recommandations stratégiques partagées avec les décideurs politiques régionaux et européens. 

Le projet a donné naissance à un programme complet d’activités, processus et outils de formation destinés à renforcer les capacités et les compétences nécessaires pour propulser l’Europe du Nord-Ouest dans l’ère du «bio». Parmi les mesures novatrices, un programme de chèques a donné un coup de pouce financier à des jeunes pousses (34 en tout) pour tester des biotechnologies industrielles innovantes au sein de l’usine pilote Bio Base Europe. 

Cette usine, au sein de laquelle travaillent de nombreux experts, est équipée de nombreux outils de pointe. Elle permet de «franchir le pas qui sépare l’expérience en laboratoire d’une réussite sur le marché, qui comporte toujours d’importants risques technologiques et financiers», selon l’équipe responsable du projet. Les professionnels du secteur biologique ont parfait leurs compétences et leur savoir-faire à l’aide d’outils de formation spéciaux (imaginés dans le cadre du projet) et lors d’une université d’été.

La formule gagnante

En 2014, une PME écossaise, Celtic Renewables, a utilisé un chèque innovation Bio Base NWE pour tester au sein de l’usine pilote Bio Base un nouveau processus de production de biobutanol à partir de sous-produits issus de la production de whisky. À l’issue de ces tests, l’entreprise a reçu la garantie d’obtenir des investissements supplémentaires d’une valeur de 1,5 million d’euros. L’année suivante, elle remportait un concours organisé par le ministère britannique des transports avec, à la clé, une subvention de 11 millions GBP (12,57 millions d’euros) devant lui permettre de construire la première usine au monde produisant des biocarburants avancés à partir de résidus de whisky.

Bio Base Europe obtient vraiment des résultats tangibles: quatre produits biologiques originaux ont été commercialisés au cours du projet, suscitant un vif intérêt de la part des investisseurs et des clients. Quelque 16 PME ont fait part de leurs projets de construction de nouvelles lignes de production (ou de développement de lignes actuelles), pour un investissement total d’environ 71 millions d’euros. L’un dans l’autre, 43 nouveaux emplois ont déjà été créés et environ 275 emplois supplémentaires sont attendus à l’avenir.


Investissement total et financement européen

L’investissement total du projet «Bio Base NWE» s’élève à 6 149 175 euros, auquel le Fonds européen de développement régional contribue à hauteur de 3 074 587 euros par l’intermédiaire du programme «Interreg IVB North-West Europe» pour la période de programmation 2007-2013.

 


Date de rédaction

01/08/2017