ARSONIC – un espace novateur entièrement dédié au son

Dans un environnement urbain où la pollution sonore est considérée comme une des plus grandes nuisances pour les habitants, la création de lieux spécifiques consacrés à la musique ou au calme devient presque une nécessité. A Mons, Capitale européenne de la culture en 2015, on trouve désormais un lieu novateur entièrement dédié à l’étude et à la promotion de la musique contemporaine.

Autres outils

 
La salle de concert principale avec sa scène à trois faces. © RinoNoviello La salle de concert principale avec sa scène à trois faces. © RinoNoviello

" A chaque fois que je descends les marches qu’escortent de lourdes tentures rouges et que j’entre dans cette superbe salle de concert, j’ai la conviction de (re)venir chez moi… Arsonic ne permet pas seulement aux musiciens de s’exprimer au sommet de leur talent mais fait que le public communie avec eux dans une ponctuation, une respiration partagée et rare. "

Ivan Vanaise, président de l’asbl Les Amis d’Arsonic

Une caserne de pompiers convertie en centre artistique et culturel

En arrivant à Mons en 1988, Jean-Paul Dessy, compositeur, musicien et chef d’orchestre belge, avait constaté l’absence d’un lieu dédié à la musique dans cette ville. En 2009, la Direction des Infrastructures Culturelles de la Fédération Wallonie-Bruxelles lance un marché d’architecture pour designer l’équipe d’auteurs de projet chargée de combler ce manque. Le chantier prend fin en 2015. La Fédération Wallonie Bruxelles qui a cofinancée le projet à hauteur de 3 637 178 euros (dont 1 029 000 euros apportés par le Service Public de Wallonie) réalise enfin le rêve de l’ensemble Musiques Nouvelles en créant ARSONIC ou la « La Maison de l’Ecoute ».

Le bâtiment choisi pour créer cet espace a d’abord hébergé un régiment de cavalerie, puis les pompes funèbres, puis les pompiers de la ville. Il se situe à un endroit stratégique au cœur de la ville. Après sa restructuration complète, ce bâtiment de 2500 m2 propose désormais une grande salle de concert à jauge variable, une salle de répétition ainsi que d’autres espaces consacrés à l’expérimentation musicale.

Une architecture entièrement dédiée à l’écoute

La salle principale peut accueillir 250 personnes. Les gradins qui descendent vers la scène et un balcon au-dessus de l’entrée permettent au public d’entourer les interprètes et créent une proximité immédiate avec les musiciens. Une attention particulière a été portée à la qualité du son grâce à une étroite collaboration avec l’acousticien Eckhard Kahle. 

Outre la salle principale, ARSONIC propose une « Chapelle du silence », un espace de 50 m2 et 12,6 m sous plafond, qui invite au silence, à la réflexion et à la méditation ainsi qu’un « Passage des rumeurs », une longue galerie voûtée qui sert de foyer et d’espace pour des expositions, des installations diverses, des  petits concerts. Le bâtiment compte également une salle d'émerveillement sonore destinée aux plus petits, une salle de répétition hexagonale auxquelles s’ajoutent des bureaux, des loges, un atelier de luthier numérique, et une petite bibliothèque.

Au total, le projet a permis la création de deux nouveaux emplois.

Investissement total et financement de l'UE 

Le projet « ARSONIC – La maison de l’écoute » a fait l'objet d'un investissement global de 6 250 131 EUR dont  1 583 953 EUR ont été alloués par le Fonds européen de développement régional au titre du programme opérationnel «Wallonie - Hainaut» pour la période de programmation 2007-2013.

Date de rédaction

11/12/2017