Télécommunications avancées: signaux forts pour le Hainaut

La qualité de ses services industriels en télécommunications avancées a valu à Multitel, centre de recherche appliquée issu de la Faculté polytechnique de Mons, une réputation internationale aux retombées économiques prometteuses.

Autres outils

 
Le siège de Multitel dans le Parc scientifique Initialis, à Mons. Le siège de Multitel dans le Parc scientifique Initialis, à Mons.

Contexte

Dans une province comme le Hainaut, durement affectée par le déclin de ses anciennes industries, l'existence de ressources universitaires de qualité constitue un atout précieux pour la revitalisation du tissu économique. C'est dans cette optique qu'en 1994, le Service d'électromagnétisme et de télécommunications et le Service de théorie des circuits et de traitement du signal de la Faculté polytechnique de Mons (FPMs) ont reçu le soutien de la Région wallonne et des Fonds structurels européens pour un ensemble de projets qui ont abouti à la création d'un pôle d'excellence au service des entreprises: Multitel.

Installé dans le Parc scientifique Initialis de Mons, Multitel acquiert fin 1999 le statut de Centre de recherche indépendant sous la forme d'une association sans but lucratif destinée à terme à s'autofinancer. En 2000, le Laboratoire de télécommunication et de télédétection de l'Université catholique de Louvain vient compléter, dans le domaine de l'analyse d'images, l'éventail des compétences de Multitel en matière de télécommunications avancées.

Services industriels avancés, création de "spin-offs"

Ces compétences couvrent le traitement du signal et de la parole (synthèse et reconnaissance vocale, etc.), la photonique appliquée (amplification optique, lasers à fibres…), le traitement de l'image et la vidéosurveillance, la gestion de réseaux informatiques. Développées en aval des recherches universitaires, les applications industrielles sont à leur tour déclinées en une vaste gamme de services – des plus techniques à l'offre de formations - exclusivement dédiés aux besoins spécifiques des industries de toutes tailles et de tous horizons, PME locales ou groupes multinationaux, qui font appel à Multitel.

Au-delà de la prestation de services, Multitel met par ailleurs sur pied, de concert avec la FPMs, des sociétés "spin-off" directement issues de leurs laboratoires. Indépendantes, ces sociétés restent en coopération étroite avec le Centre en vue de développer des produits à haute valeur ajoutée.

Résultats

Son expertise en constante évolution, son indépendance vis-à-vis des fournisseurs, la disponibilité de son équipe pluridisciplinaire de plus de 80 ingénieurs, techniciens et gestionnaires ont amené de nombreuses sociétés - 350 contrats industriels signés à ce jour – à choisir Multitel comme partenaire de leur développement. Parmi les plus grandes figurent par exemple Alstom, Alcatel, L'Oréal ou Thales.

Multitel et la FPMs ont créé à ce jour 5 sociétés "spin-off", dont les effectifs totalisent 85 personnes: Babel Technologies (technologies vocales) qui a fusionné avec Infovox (Suède) et Elan (France) pour former le groupe Acapela; IT-Optics (logiciels libres et téléphonie sur Internet); ACIC (vidéosurveillance intelligente); Smartwear S.A. (capteurs et textile intelligent); et enfin Polymédis (informatique médicale).

Par ailleurs, Multitel a pu se prévaloir de l'expérience acquise avec l'aide des Fonds structurels pour participer à 19 projets de recherche européens au sein du 6ème Programme-cadre de recherche et de développement technologique (PCRD) de l'UE ainsi qu'à 7 projets du réseau Eurêka. Outre une solide réputation internationale, cela s'est traduit par des avancées technologiques marquantes dans des domaines comme l'interface homme/machine pour les transports et la logistique, les capteurs pour la biomédecine ou la traçabilité et ses applications sur les chaînes de production: autant de secteurs porteurs pour l'économie wallonne.

L'un de ces projets, "Wireless camera and audio-visuel seamless networking" (WCAM), mené au sein d'un consortium piloté par Thales Communication, a porté sur la mise au point d'un système audiovisuel en réseau sans fil intégré de bout en bout et assurant la convergence des standards technologiques. Achevé le 30 mars 2006, ses résultats ont été évalués positivement par la Commission européenne et il donnera lieu à des développements industriels importants.

Date de rédaction

01/06/2006