Interreg : European Territorial Co-operation

European Territorial Cooperation (ETC), better known as Interreg,  is one of the two goals of cohesion policy and provides a framework for the implementation of joint actions and policy exchanges between national, regional and local actors from different Member States. The overarching objective of European Territorial Cooperation (ETC) is to promote a harmonious economic, social and territorial development of the Union as a whole. Interreg is built around three strands of cooperation: cross-border (Interreg A), transnational (Interreg B) and interregional (Interreg C).
Five programming periods of Interreg have succeeded each other:
 INTERREG I (1990-1993) -  INTERREG II (1994-1999) - INTERREG III (2000-2006) - INTERREG IV (2007-2013) - INTERREG V (2014-2020)

Autres outils

 

Actualités

    Les subventions de l’EEE et de la Norvège correspondent aux contributions financières de l’Islande, du Liechtenstein et de la Norvège à la solidarité et à la cohésion européennes. Au cours de la période de programmation 2014-2021, 2,8 milliards d’euros ont été débloqués pour des projets, renforçant ainsi les investissements de l’UE en Europe centrale et méridionale.

    L’Islande, le Liechtenstein et la Norvège coopèrent étroitement avec l’UE dans le cadre de l’accord sur l’Espace économique européen (EEE) et sont membres du marché unique. Ces pays poursuivent notamment l’objectif commun de réduction des disparités sociales et économiques dans l’ensemble de l’EEE.

    Les pays y contribuent par le biais des subventions de l’EEE et de la Norvège. À l’instar du Fonds de cohésion de l’UE, les subventions soutiennent les États membres de l’UE dont le revenu national brut par habitant est inférieur à 90 % de la moyenne de l’UE. Leurs priorités reflètent celles de l’UE: une Europe verte, compétitive et inclusive. 

    Conformément aux priorités de l’UE pour la période de financement actuelle, les subventions EEE/Norvège ont récemment mis en place des fonds régionaux pour lutter contre le chômage des jeunes et promouvoir la coopération transfrontalière.

    Optimiser limpact

    Au début de la période de programmation, chaque pays bénéficiaire propose des priorités d’investissement dans un protocole d’accord bilatéral avec les pays donateurs. La Commission européenne est consultée au cours des négociations afin d’éviter les doubles emplois et de veiller à ce que le financement soit affecté là où il aura le plus d’impact. Les programmes mis en œuvre dans le cadre des subventions doivent être conformes aux règles de l’UE ainsi qu’aux normes relatives aux droits de l’homme, à la bonne gouvernance, au développement durable et à l’égalité des genres. 

    Les fonds de l’UE et de l’EEE sont complémentaires et sont généralement gérés par la même autorité de gestion au niveau national. L’un peut soutenir l’autre, par exemple, en aidant un projet pilote à se développer ou en finançant un aspect différent du même projet. Les subventions financent également des projets pour lesquels il est difficile de trouver un financement de l’UE ou national, afin d’éviter les doubles emplois. Les fonds de l’UE et de l’EEE réussissent à mobiliser d’autres sources de financement public et privé. 

    L’un des principaux objectifs des subventions est de renforcer les relations bilatérales entre l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège et les pays bénéficiaires. Leurs priorités répondent à des défis européens communs, les pays donateurs et les pays bénéficiaires ayant à la fois les compétences pour et un intérêt à collaborer. Des fonds sont réservés pour faciliter et soutenir les partenariats bilatéraux entre les institutions publiques, les entreprises privées, les ONG et les institutions de recherche à tous les niveaux. Au cours de chaque période de programmation, ce sont des milliers de projets qui sont soutenus, notamment des collaborations de recherche, des projets conjoints de PME ou des échanges entre pairs et la formation de personnel.

    Soutenir la démocratie

    Les subventions de l’EEE se distinguent par le fait qu’un minimum de 10 % du financement est directement versé aux organisations de la société civile dans chaque pays bénéficiaire. L’objectif est d’assurer la viabilité à long terme et renforcer la capacité du secteur de la société civile à promouvoir la participation démocratique, la citoyenneté active et les droits de l’homme. 

    Le Conseil de l’Europe, l’OCDE et l’Agence des droits fondamentaux de l’UE sont partenaires de plusieurs programmes et projets, apportant leur expertise en matière de lutte contre la discrimination, d’inclusion sociale, de développement économique et de bonne gouvernance. L’autonomisation des groupes vulnérables et des minorités telles que la population rom est un volet spécifique des subventions dans de nombreux pays bénéficiaires.

    Secteurs prioritaires des subventions de l’EEE et de la Norvège pour la période 2014-2021

    • Innovation, recherche, éducation et compétitivité
    • Inclusion sociale, emploi des jeunes et réduction de la pauvreté
    • Environnement, énergie, changement climatique et économie sobre en carbone
    • Culture, société civile, bonne gouvernance et droits fondamentaux
    • Justice et affaires intérieures 

    Pour en savoir plus

    www.eeagrants.com

    Panorama 64: Cohesion Policy: 30 years investing in the future of European Regions

    Un projet financé par le FEDER vise à mettre au point un nouveau système d’analyse ainsi que des outils afin de dépister les résidus d’antibiotiques présents dans la viande commercialisée dans certaines régions françaises et espagnoles.

    Le projet entend développer des tests simples à réaliser soi-même pour détecter des résidus d’antibiotiques dans des échantillons de viande. Afin de parvenir à des résultats précis, le projet mettra également en place une banque de références contenant des échantillons et concevra de nouveaux outils d’analyse afin de mieux détecter les résidus et de mieux interpréter les données. 

    Près de 4 000 échantillons seront prélevés sur de la viande proposée à la vente dans des supermarchés des régions de Perpignan et de Toulouse en France, et de Bilbao, de Logroño et de Saragosse en Espagne.

    Les résultats de cet échantillonnage, ainsi que les recommandations qui en découleront, seront communiqués à tous les acteurs de la chaîne alimentaire, y compris les agriculteurs, les supermarchés, les autorités sanitaires et les consommateurs.

    Ce projet financé par le FEDER vise à améliorer non seulement le contrôle de la qualité de la production de bétail dans ces régions, mais aussi, à terme, les normes en matière de santé publique grâce à une baisse des niveaux de contamination à l’avenir. 

    Liens connexes:

    Article d’origine paru sur www.elperiodicodearagon.com 24.1.18


    Auteur: EFE

    Photo: © iStock/Jovanmandic

    Ces dernières années, grâce au financement du FEDER, NÖGUS (Fonds de santé et Fonds social de Basse-Autriche) a déployé de nombreux efforts et organisé des projets de coopération dans le secteur de la santé entre la Basse-Autriche et ses pays voisins. Lobjectif est de garantir que les populations habitant de part et dautre de la frontière puissent recevoir des soins médicaux au plus près de chez eux. Au vu de la grande réussite de ce projet, lensemble des activités transfrontalières ont été inscrites, en septembre 2017, dans un cadre commun baptisé «Healthacross».

    On entend par «Healthacross», la fourniture de soins de santé sans frontières. La coopération internationale et des projets de santé innovants dans les régions transfrontalières entre la Basse-Autriche et la République tchèque, et entre la Basse-Autriche et la Slovaquie, donnent vie à cette initiative.

    Fidèle à la devise «des idées européennes qui prennent racine dans la région transfrontalière», l’équipe spécialisée dirigée par la directrice de projet Elke Ledl, MA, repousse toujours plus loin les limites lorsqu’il s’agit de la fourniture de soins de santé: «Nous voulons que notre travail jette des ponts entre la Basse-Autriche et d’autres pays européens afin que les citoyens de part de d’autre de la frontière puissent bénéficier de soins près de chez eux.»

    Les avantages des projets transfrontaliers sont multiples. Les patients peuvent décider eux-mêmes de quel côté de la frontière ils souhaitent suivre un traitement, et ils peuvent bénéficier d’un traitement médical au niveau local. Cet aspect est particulièrement crucial dans une situation d’urgence et pourrait sauver des vies s’il s’avère que l’hôpital le plus proche ou l’ambulance disponible la plus proche se situe de l’autre côté de la frontière. La coopération et les réseaux internationaux offrent également l’opportunité d’apporter l’expertise d’autres pays en Basse-Autriche.

    Des soins dans toutes les communautés

    Des patients tchèques se rendent à lhôpital régional de Gmünd

    La coopération transfrontalière a facilité la vie quotidienne de la population des régions de Gmünd et de České Velenice en particulier. L’hôpital régional de Waldviertel-Gmünd se trouve sur la frontière, le poste d’ambulances le plus proche du côté tchèque se situe à plus de 30 km de là, et l’hôpital le plus proche est encore plus loin, à 60 km.

    Grâce à ce projet, les compagnies d’assurance tchèques couvriront les coûts de traitement de leurs patients. La communication entre patients et membres du personnel hospitalier est facilitée par l’intervention d’interprètes et un personnel tchéquophone. Des pourparlers sont en cours avec les organisations participantes en Bohème méridionale pour élargir les prestations des soins dispensés aux patients tchèques à Gmünd des simples soins de santé ambulatoires aux traitements hospitaliers. En outre, des possibilités de coopération à long terme seront mises en œuvre au sein des «cubes de santé transfrontaliers» (centres de santé transfrontaliers) à Gmünd/České Velenice. 

    Radiothérapie pour les habitants de Basse-Autriche à lhôpital de Znojmo

    En 2018, 15 patients – les premiers depuis la mise en œuvre du projet – des cliniques de Mistelbach, Hollabrunn et Krems dans la région de Weinviertel, bénéficieront d’un traitement de radiothérapie à l’hôpital de Znojmo. 

    Coopération transfrontalière en matière de sauvetage avec la Moravie méridionale et la Bohème méridionale
    La Basse-Autriche a signé des accords de services d’urgence avec la Moravie méridionale et la Bohème méridionale. La prochaine étape est l’adaptation logicielle, qui permettra de professionnaliser les communications entre les centres d’appels d’urgence 144 de la Basse-Autriche et les centres d’appels d’urgence de Moravie méridionale et de Bohème méridionale afin de faciliter les opérations de sauvetage transfrontalières. Cette mesure garantira une assistance mutuelle rapide en cas d’urgence et sans complication bureaucratique. 

    Centre de lendométriose à lhôpital régional de Melk

    Premier centre de Basse-Autriche dédié à l’endométriose certifié au niveau européen, il repose sur l’échange de connaissances entre l’hôpital régional de Melk et l’hôpital de Znojmo. L’hôpital de Znojmo chapeaute cette région et accueille déjà un centre de ce type où les patientes pourront recevoir un diagnostic et un traitement plus rapidement. Une femme sur dix en âge de procréer est touchée par l’endométriose, une maladie chronique dont les symptômes sont de violentes douleurs et qui peut entraîner une infertilité.

    Panorama 63 - The Outermost Regions: joining forces across the EU 

Plus de nouvelles

Introduction

In 1990, Interreg was developed as a Community Initiative in with a budget of just EUR 1 billion covering exclusively cross-border cooperation. Later, Interreg has been extended to transnational and interregional cooperation. For 2014-2020 European territorial cooperation is one of the two goals of Cohesion Policy besides investment for Growth and Job.

Interreg evolution

The 25th anniversary of Interreg has been celebrated in 2015 with a variety of events around Europe. Over the years, Interreg has become the key instrument of the European Union to support cooperation between partners across borders. The aim: to tackle common challenges together and find shared solutions - whether in the field of health, research and education, transport or sustainable energy.

2014-2020 period – Interreg V

In accordance with the new design of the European Cohesion Policy 2014-2020 and the targets set out in Europe 2020, Interreg has significantly been reshaped to achieve greater impact and an even more effective use of the investments. Key elements of the 2014-2020 reform are:
-Concentration
-Simplification
-Results orientation
The fifth period of Interreg is based on 11 investment priorities laid down in the ERDF Regulation contributing to the delivery of the Europe 2020 strategy for smart, sustainable and inclusive growth. At least, 80% of the budget for each cooperation programme has to concentrate on a maximum of 4 thematic objectives among the eleven EU priorities:

11 priorities

The fifth programming period of Interreg has a budget of EUR 10.1 billion invested in over 100 cooperation programmes between regions and territorial, social and economic partners. This budget also includes the ERDF allocation for Member States to participate in EU external border cooperation programmes supported by other instruments (Instrument for Pre-Accession and European Neighborhood Instrument).

  • 60 Cross-border – Interreg V-A, along 38 internal EU borders. ERDF contribution: EUR 6.6 billion.
  • 15 Transnational – Interreg V-B, covering larger areas of co-operation such as the Baltic Sea, Alpine and Mediterranean regions, as well as some non-EU countries. ERDF contribution: EUR 2.1 billion.
  • The interregional co-operation programme, INTERREG Europe, and 3 networking programmes (Urbact III, Interact III and ESPON) covering all 28 Member States of the EU, as well as Norway and Switzerland and in case of URBACT also Iceland and Lichtenstein. They provide a framework for exchanging experience between regional and local bodies in different countries. ERDF contribution: EUR 500 million.

Interreg Budget

Interreg and inter-regional cooperation 2014-2020: state of play - video recording of the briefing (07/05/2015)

2007-2013 period – Interreg IV

The forth programming period of Interreg had a total budget of EUR 8.7 billion (2, 5 % of the total 2007-13 allocation for cohesion policy). This budget includes the allocation for Member States to participate in EU external border cooperation programmes supported by other instruments (Instrument for Pre-Accession and European Neighborhood Instrument). The budget was distributed as follows:

  • 60 Cross-border – Interreg IV-A, along 38 internal EU borders. ERDF contribution: EUR 5.6 billion.
  • 13 Transnational – Interreg IV-B, covering larger areas of co-operation such as the Baltic Sea, Alpine and Mediterranean regions. ERDF contribution: EUR 1.8 billion.
  • The interregional co-operation programme (INTERREG IVC) and 3 networking programmes (Urbact II, Interact II and ESPON) cover all 28 Member States of the EU. They provide a framework for exchanging experience between regional and local bodies in different countries. ERDF contribution: EUR 445 million.

The European Grouping of Territorial Cooperation

Meetings & Events

Interreg Annual Meeting April 26-28 2017

Interreg Annual Meeting June 6-7 2016

Interreg Annual Meeting September 15 2015

Interreg Annual Meeting May 19-20 2014

European Territorial Cooperation Annual Meeting 2013

Annual meeting of cross-border programmes 2011

Publications

European Territorial Cooperation: building bridges between people