La Commission signe un accord avec le secteur de la cybersécurité et redouble d'efforts pour lutter contre les cybermenaces

Autres outils

  •  
  • Diminuer la taille du texte  
  • Augmenter la taille du texte  

05/07/2016

La Commission lance aujourd'hui un nouveau partenariat public-privé sur la cybersécurité qui devrait générer 1,8 milliard d’euros d’investissements d’ici à 2020. Ce partenariat fait partie d'un ensemble d'initiatives pour mieux armer l’Europe contre les cyberattaques et renforcer la compétitivité du secteur de la cybersécurité.

D’après un récent sondage, au moins 80 % des entreprises européennes ont connu au minimum un incident lié à la cybersécurité au cours de l’année écoulée et le nombre d’incidents de sécurité tous secteurs confondus dans le monde a augmenté de 38 % en 2015.Ces incidents nuisent aux entreprises européennes, qu’elles soient grandes ou petites, et risquent d'ébranler la confiance dans l’économie numérique. Dans le cadre de sa stratégie pour le marché unique numérique, la Commission veut renforcer la coopération par-delà les frontières et entre tous les acteurs et secteurs œuvrant dans le domaine de la cybersécurité, et contribuer au développement de technologies, de produits et de services sûrs et innovants, dans l’ensemble de l’UE.

 

Le plan d’action présenté aujourd’hui comprend le lancement du premier partenariat public-privé européen sur la cybersécurité. L'UE investira 450 millions d'euros dans ce partenariat dans le cadre de son programme pour la recherche et l'innovation Horizon 2020. Les acteurs du marché de la cybersécurité, représentés par l’organisation européenne pour la cybersécurité (ECSO), devraient investir trois fois plus. Ce partenariat regroupera également des membres d’administrations publiques nationales, régionales et locales, de centres de recherche et d'universités. L’objectif du partenariat est de stimuler la coopération à un stade précoce du processus de recherche et d’innovation et de forger des solutions de cybersécurité applicables à différents secteurs, tels que l’énergie, la santé, les transports et la finance. Le commissaire Oettinger signe aujourd'hui le partenariat avec l'ECSO à Strasbourg (les photos et les vidéos seront disponibles vers 12h00 CET).

Par ailleurs, la Commission présente différentes mesures pour remédier à la fragmentation du marché européen de la cybersécurité. Actuellement, une entreprise du secteur des technologies de l'information doit parfois se soumettre à différentes procédures de certification pour vendre ses produits et services dans plusieurs États membres. La Commission va donc se pencher sur la possibilité de mettre en place un cadre européen de certification pour les produits de sécurité des TIC.

Une myriade de PME européennes innovantes ont fait leur apparition sur des marchés de niches (par exemple, la cryptographie) et sur d'autres bien établis avec de nouveaux modèles d'entreprise (par exemple, logiciels antivirus), mais elles sont souvent incapables de développer leur activité. La Commission souhaite faciliter l’accès au financement pour les petites entreprises actives dans le domaine de la cybersécurité et elle explorera différentes options prévues par le plan d’investissement de l’Union.

La directive sur la sécurité des réseaux et de l’information, qui devrait être adoptée par le Parlement européen demain, met déjà en place un réseau d’équipes de réaction aux incidents touchant la sécurité informatique dans l’ensemble de l’UE afin de réagir rapidement aux cybermenaces et cyberincidents. Elle établit également un «groupe de coopération» entre États membres afin de favoriser et de faciliter une coopération stratégique ainsi que l’échange d’informations, et de renforcer la confiance. Aujourd’hui, la Commission invite les États membres à tirer le meilleur parti de ces nouveaux mécanismes et à accroître la coordination lorsque c’est possible. Elle proposera des moyens pour améliorer la coopération transfrontière en cas de cyberincident majeur. Étant donné la rapidité avec laquelle évolue la cybersécurité, la Commission présentera également son évaluation de l’Agence de l’Union européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA).Cette évaluation permettra de déterminer si le mandat de l’ENISA et ses capacités sont toujours adéquats pour assurer sa mission d’assistance aux États membres de l’UE aux fins de renforcer leur propre cyber-résilience. La Commission étudie également comment renforcer et rationaliser la coopération dans le domaine de la cybersécurité à travers les différents secteurs économiques, notamment dans la formation et l’enseignement en matière de cybersécurité.

Pour en savoir plus

Actualités

Thèmes associés

Information society