Chemin de navigation

Système de recherche interactif d'Eurobaromètre
Cette partie du site vous donne accès à un outil de recherche de notre base de données de questions Trends.

Quoi de neuf ?

Vous êtes sur le site du secteur Analyse de l'opinion publique de la Commission européenne. Depuis 1973, la Commission européenne effectue un suivi régulier de l'opinion publique dans les Etats membres. Ce suivi constitue une aide précieuse à la préparation, la décision et l'évaluation de son travail. Aux travers des pages ci-dessous vous pourrez retrouvez l'historique de nos publications par année du plus récent au plus ancient accompagnées d'une petite introduction aux résultats.

 Publications

La gestion des déchets et l'utilisation efficace des ressources sont des éléments clés de la politique environnementale de l'UE et de la stratégie Europe 2020. Cette enquête vise à comprendre les perceptions, les attitudes et les pratiques liées à l'utilisation efficace des ressources et à la production et gestion des déchets, ainsi qu'à des éléments de la soi-disant «économie circulaire» (y compris les produits d'occasion et autres solutions que l’achat de produits neufs).
Ce rapport présente les résultats d'une enquête menée auprès de jeunes Européens âgés de 15 à 24 ans. Il analyse leurs comportements et leurs attitudes envers les drogues, y compris les soi-disant «euphorisants légaux», c'est-à-dire, les nouvelles substances qui imitent les effets des drogues illicites et sont souvent vendues sous forme de poudres, herbes ou pilules. Il s'agit d'un aperçu concernant l'usage, la disponibilité des médicaments, et les opinions sur les mesures qui pourraient être mieux prises pour s'attaquer à des problèmes de toxicomanie dans la société. De cette enquête ressort également la perception du risque des groupes-cibles interviewés à l'égard de diverses substances, tel que les risques auxquels l'on s'expose par l'utilisation de certains médicaments, allant de l'héroïne au cannabis, ainsi que l'alcool.
L'objectif de cette enquête était de passer en revue les changements survenus depuis l'adoption de la Recommandation du Conseil relative à la sécurité des patients et aux infections associées aux soins en 2009, concernant les sujets suivants: 1. l'information pour les citoyens européens sur des mesures de sécurité des patients ; 2. la probabilité de subir un effet indésirable, les circonstances et les caractéristiques de cette expérience ; 3. les types de réparations possibles pour les citoyens européens ayant subi un effet indésirable dans leur pays ou dans un autre de l'UE, et l'aide possible ; 4.les perceptions des Européens sur la qualité des services de soins de santé.
De plus, cette enquête a collecté des données sur l'expérience des Européens concernant l'hospitalisation et/ou les soins de longue durée, et l’obtention éventuelle d’informations sur les risques encourus en matière d'infections associées aux soins.
Cette enquête met en évidence les attitudes des citoyens de l'UE à l'égard de l'éducation qu'ils ont reçue et les priorités en matière d'éducation et de formation dans leur pays, ainsi que leurs points de vue sur les aspects les plus importants de l'éducation et les principales compétences que celle-ci peut fournir. Elle met également en exergue des expériences de travail dans d'autres pays, la perception du degré de reconnaissance des certifications dans les différents États membres, et l'utilisation des services d'orientation professionnelle des citoyens.
L'objectif principal de l'enquête est de mesurer la satisfaction à l'utilisation des transports publics urbains.
Selon l'enquête, 69% des citoyens de l'UE sont satisfaits avec les transports publics, largement Bien que les chiffres varient à travers l'UE, allant de 88% à 31% au plus haut au plus bas. En outre, seulement 32% des Européens font usage des transports en commun au moins une fois par semaine et près d'un quart jamais faire. Le sondage a été réalisé, pour la première fois sur ce sujet au niveau de l'UE, avec 28 000 citoyens de l'UE. L'analyse complète d'une enquête récente sur les «Attitudes des Européens à l'égard de la mobilité urbaine» (Eurobaromètre spécial 406).
Pour ce sondage réalisé en avril 2014, quelques 7 000 personnes ont été interrogées par téléphone. Appartenant à différents groupes sociodémographiques, les participants au sondage vivent dans les 7 pays ayant récemment rejoint l'Union européenne et n'ayant pas encore adopté l'euro. Les questions posées couvraient différentes thématiques telles que la perception de l'euro, le soutien à une introduction de l'euro dans son pays ou encore le sentiment d'être suffisamment informé sur la monnaie unique. En ce qui concerne l'introduction de l'euro, les sondés étaient interrogés sur les conséquences qu'ils entrevoyaient pour eux-mêmes, leur pays et les pays qui ont déjà adoptés l'euro. Pour ce qui du degré d'information sur la monnaie unique, il s'agissait de savoir comment et où les citoyens souhaitaient être informés et quel type d'informations leur paraissait le plus important.
Ce sondage inverse nettement la tendance à la baisse des sondages précédents puisque une majorité se prononce désormais en faveur de l'introduction de l'euro dans son pays. Ce soutien varie cependant d'un pays à l'autre, oscillant entre 16% et 74% d'opinions favorables.
Cette étude Eurobaromètre a été conçu pour comparer les activités d'innovation dans de nombreux domaines, ainsi que d'explorer les obstacles à la commercialisation, et le rôle du financement public de l'innovation. L'enquête a porté sur les domaines suivants: • Profils des entreprises qui développent des innovations.• L'impact des innovations sur le chiffre d'affaires. • Les acteurs impliqués dans le développement des idées d'innovation. • Types de soutien public reçues pour les activités d'innovation et son importance pour l'innovation. • Les obstacles à la commercialisation de produits et de services innovants et non-innovants. • Le rôle de l'innovation dans les marchés publics, y compris la participation à des marchés publics de solutions innovantes.
L'enquête "les Européens en 2014" présente l'état des lieux le plus récent sur l'opinion publique dans l'Union européenne (UE). Elle souligne la perception que les Européens ont de la situation économique, de leurs principales préoccupations et de leurs opinions sur la construction européenne. La plupart des questions ont déjà été posées dans les enquêtes Eurobaromètre Standard, ce qui permet le suivi des tendances. L'enquête couvre tous les 28 Etats membres de l'UE. Elle a été réalisée du 15 au 24 mars 2014. 27,932 personnes âgées de 15 ans et plus ont été interrogées en face-à-face à leur domicile.
L'UE s'appuie sur un ensemble complet de politiques et de lois qui vise à mieux soutenir les conditions de travail dans l'UE, y compris les normes minimales du droit du travail et de la santé et sécurité au travail. Sur le but de cet événement Eurobaromètre, comme conditions de travail, nous avons défini le temps et l'organisation du travail, la santé et sécurité au travail, la représentation des salariés et la relation avec l'employeur. L'enquête ne vis pas uniquement à connaître l'opinion des Européens sur leurs situations de travail actuelles mais aussi à connaître l'évolution des conditions de travail au cours les cinq dernières années et à examiner comment la qualité du travail a été affectée par la crise. L'enquête montre entre autres que la majorité pense que leurs conditions de travail se sont détériorées au cours des cinq dernières années et révèle de grandes disparités sur la satisfaction des travailleurs entre les États membres.
Le rapport "Futur de l'Europe" présente un aperçu de la manière dont les Européens perçoivent l'UE et son avenir au début de l'année 2014. Il commence par examiner les circonstances actuelles de l'Union européenne, ses principaux atouts et les principaux défis auxquels elle est confrontée. Il pose ensuite la question de savoir si les enfants, dans l'UE d'aujourd'hui, peuvent s'attendre à une vie plus facile ou plus difficile que les gens des générations précédentes, et si l'UE est susceptible d'avoir plus ou moins d'influence que les autres puissances mondiales à la fin de cette décennie. Enfin, l'attention se porte sur l'organisation de l'Europe en 2020, en examinant où l'accent devrait être mis dans l'élaboration des politiques, s'il devrait y avoir plus ou moins de prises de décision au niveau de l'UE, ainsi que le soutien à une intégration européenne plus poussée dans trois domaines spécifiques.
La Commission a publié les résultats d'une enquête Eurobaromètre pour mesurer l'attitude des ménages et des citoyens de l'UE vis-à-vis des principaux services de communications électroniques dans le Marché Unique: téléphonie et accès Internet fixes et mobiles, TV diffusion et offres groupées. L'enquête mesure la perception des consommateurs sur l'itinérance mobile, la vitesse du haut débit, la qualité d'expérience des services d'accès, le caractère abordable des services, le changement de fournisseur de services et la transparence en matière de tarirfs. Le travail de terrain a été mené entre le 18 et le 27 janvier 2014. Il couvre les 28 états membres de l'UE, avec un total de 27 736 personnes interviewées. Ce travail fait suite à une enquête similaire menée en février et mars 2013.
Selon les résultats de la dernière enquête Eurobaromètre sur le sport et les activités physiques, 59% des citoyens de l'Union Européenne ne font jamais, ou rarement, d'exercice ou de sport, tandis que 41% en font au moins une fois par semaine. L'Europe du Nord est plus active physiquement que le Sud ou l'Est. L'enquête montre que les autorités locales en particulier pourraient faire davantage pour encourager les citoyens à être physiquement actifs.
Le travail non déclaré, au sens des activités rémunérées qui sont légales mais cachées aux autorités publiques, représente une part important de la fraude fiscale et de la fraude à la sécurité sociale. On peut constater une inquiétude légitime que la situation difficile à laquelle sont confrontés le marché du travail et la situation sociale n’encourage le travail non déclaré. Néanmoins, cet Eurobaromètre spécial, une nouvelle édition d’une enquête similaire menée en 2007, montre non seulement que le phénomène n’a que peu évolué depuis la crise mais qu’il a fait l’objet d’une réduction significative dans certains pays, probablement due dans la plupart des cas aux politiques efficaces qui ont été mises en œuvres pour le combattre. Une analyse plus détaillée de cette enquête et de la scène  politique sous-jacente est présentée dans l’ édition 2013 du Rapport sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe.
L’opinion des Européens à l’égard de l’agriculture européenne et de la Politique Agricole Commune semble valider les grandes orientations adoptées lors de la réforme de la PAC en novembre 2013 : • Les Européens accordent une place très importante pour le futur à l’agriculture et aux zones rurales. • Ils jugent légitime qu’une part importante du budget européen reste dédiée à l’agriculture et au développement rural. • Cette légitimité se fonde sur le fait que les citoyens de l'UE ont le sentiment de profiter indirectement de ces aides, notamment par l’approvisionnement d'une diversité de denrées alimentaires de qualité, mais aussi par la protection de l’environnement. • Ils sont d’ailleurs convaincus que c’est la société toute entière qui bénéficie du soutien aux agriculteurs et ils attribuent à l’agriculture et aux agriculteurs un rôle grandissant de maintien de l’activité économique et de l’emploi dans les zones rurales. • Pour autant, l'enquête révèle un manque de connaissances des citoyens de l'UE à l’égard des enjeux agricoles de l’Union européenne. Ils continuent notamment à croire que les Etats-Unis sont des plus grands producteurs de produits agricoles que l’UE.
Le changement climatique est un des plus grands défis de l'ère moderne. Alors que l'Europe prend des mesures pour atteindre ses objectifs, il est important de comprendre les attitudes et les comportements des citoyens de l'UE vis-à-vis des changements climatiques ainsi que leurs attentes pour l'avenir. Cette enquête Eurobaromètre évalue ces éléments et compare les résultats avec le dernier sondage réalisé en 2011 sur ce sujet.
La Commission européenne et sa Direction-générale pour les affaires économiques et financières a commandé trois sondages EB pour évaluer le passage à l'euro en Lettonie. Différents groupes sociaux et démographiques ont ainsi été interrogés du 28 au 30 décembre 2013 (sondage EB 390), du 2 au 14 janvier, ce qui correspond aux quinze jours de double circulation (EB 391) ainsi que du 16 au 18 janvier (EB 393). Le premier sondage, l'EB 390, s'est intéressé au niveau de sensibilisation et de préparation de la population au passage à l'euro. Le deuxième, l'EB 391, s'est penché en neuf séries d'entretiens sur l'avancement du passage à l'euro en Lettonie, prenant en compte les tendances en matière de transactions en espèce mais aussi d'éventuels problèmes de retrait ou de change d'argent. Le troisième sondage, l'EB 393, s'est interrogé sur l'attitude des Lettons vis-à-vis de leur nouvelle devise et du processus de transition. Il s'agissait notamment d'évaluer l''expérience personnelle relative à l'usage des pièces et billets en euros, à la conversion des Lats lettons en euros et à la compréhension des valeurs libellées en euros, de mesurer l'appréciation du double-affichage des prix et des kits de démarrage ainsi que de sonder les points de vue quant au succès de la transition et du niveau d'information.
Le tourisme reste proche des cœurs des Européens et confirme son rôle comme facteur puissant pour l'économie. L'enquête Eurobaromètre sur les préférences des Européens à l'égard du tourisme fournit un aperçu détaillé des préférences touristiques des Européens en 2013, comme les destinations préférées, les raisons du voyage, les méthodes de réservation, et anticipe les tendances de voyage pour 2014.
Les technologies spatiales et des services spatiaux sont une partie importante de la vie quotidienne des citoyens européens dans un large éventail de domaines, y compris le transport, l'agriculture, les prévisions météorologiques et la sécurité, pour n'en nommer que quelques-uns. Ils ont un rôle également important dans la mise en œuvre d'une série de politiques de l'Union européenne, de la gestion de l'environnement, des transports et la navigation, aux réponses à donner et à la coordination en cas de catastrophes naturelles.
Cette enquête a été menée afin de comprendre la prise de conscience et les attentes des Européens à sous les services basés sous les technologies spatiales. L'enquête a également eu une dimension prospective, car il a demandé aux répondants de réfléchir 20 années à venir, lors de l'examen de plusieurs questions.

Suivez-nous
Année européenne des citoyens
Présidence Italienne du Conseil de l'Union Européenne
Dernière mise à jour : 09/07/2014 | Haut de la page