Domaines d'action

L'agenda de la Commission en matière de migration apporte une réponse immédiate à la situation de crise en Méditerranée et définit les mesures à prendre à plus long terme pour gérer les migrations dans tous leurs aspects.

Contexte

La migration est une des priorités politiques de la Commission Juncker. Le principal objectif est d’aborder le problème de manière globale.

L’agenda de la Commission en matière de migration définit les mesures immédiates qui doivent être prises pour éviter des tragédies humaines et renforcer les interventions en cas d’urgence.

Si la crise en Méditerranée a braqué les projecteurs sur les besoins immédiats, elle a aussi clairement montré les limites structurelles de la politique migratoire de l'UE et des instruments dont elle dispose. L’UE doit trouver le juste équilibre et indiquer clairement aux Européens qu'une gestion collective des migrations peut donner de meilleurs résultats. Aussi l’agenda définit-il une nouvelle approche stratégique en matière de gestion des migrations à moyen et à long terme.

Pour en savoir plus, consultez le site web de la direction générale «Migration et affaires intérieures».

Pour faire face à la situation d’urgence sans précédent le long de la route de la Méditerranée orientale et des Balkans occidentaux, l'UE et les pays de la région les plus touchés ont adopté un plan d'action en 17 points, qui prévoit les mesures suivantes:

  • procéder à un échange permanent d'informations;
  • limiter les mouvements secondaires;
  • venir en aide aux réfugiés, leur fournir un abri et leur permettre de se reposer;
  • assurer la gestion des flux migratoires de manière conjointe;
  • assurer la gestion des frontières;
  • lutter contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains.

L’UE coopère aussi avec l’Union africaine dans le cadre de l’approche globale de la question des migrations et de la mobilité. Le plan d'action adopté en avril 2014 est axé sur:

  • la traite des êtres humains;
  • les envois de fonds vers le pays d'origine;
  • la diaspora;
  • la mobilité et la migration de la main-d’œuvre (y compris la mobilité intra-africaine);
  • la protection internationale (y compris celle des personnes déplacées à l’intérieur des pays);
  • les migrations irrégulières.

Documents