Chemin de navigation

En Europe, la voiture de demain sera verte - 28/04/2010

La Commission présente des propositions visant à développer le marché des voitures propres et à meilleur rendement énergétique.

Nouvelle étape pour la voiture électrique: la Commission a annoncé aujourd'hui des propositions English visant à promouvoir l'installation, dans toute l'Europe, d'un réseau de stations de recharge à haut voltage accessibles à tous. Elle prévoit également de publier d'ici 2011 des normes techniques et de sécurité pour ce type de stations.

Ce plan fait partie d'une nouvelle stratégie européenne d'envergure visant à accroître la part de marché des véhicules dits «verts», atout essentiel pour relancer l'industrie automobile et réduire la dépendance de l'Europe au pétrole. Plusieurs types de véhicules sont concernés: les véhicules à carburant traditionnel dont le rendement énergétique est optimisé, les voitures électriques et les voitures fonctionnant au gaz naturel, au biocarburant ou à l'hydrogène.

Selon Antonio Tajani, commissaire responsable de l'industrie, le secteur automobile est entré dans une «phase déterminante» pour son avenir. Il estime que la nouvelle stratégie offre un compromis idéal entre compétitivité économique et respect de l'environnement.

Le monde semble être à l'aube d'une révolution automobile, car la demande de voitures plus écologiques devrait exploser au cours des prochaines années. Cette évolution traduit nos préoccupations croissantes à l'égard de l'impact des voitures classiques sur le réchauffement climatique, de la pénurie annoncée de pétrole et, dans l'UE comme dans d'autres régions industrialisées, de la dépendance aux importations pétrolières.

La croissance de la demande de voitures propres et performantes ouvre d'immenses perspectives à un secteur qui vient de connaître l'une des pires crises de son histoire. Responsables politiques et experts reconnaissent toutefois que, sans une approche cohérente et une coordination étroite entre les différents acteurs du secteur, la révolution verte dans les transports pourrait avoir du mal à prendre son essor en Europe.

Les voitures électriques tiennent une place importante dans la nouvelle stratégie, car l'Union européenne a déjà introduit des normes pour d'autres types de véhicules utilisant des carburants de substitution. En outre, certaines innovations technologiques, notamment l'autonomie accrue des batteries, rendent la voiture électrique plus attrayante pour les consommateurs, et peut-être plus proche de la commercialisation massive que certaines de ses rivales écologiques.

Plusieurs pays de l'UE, dont la France, l'Espagne, l'Allemagne, le Portugal et le Danemark, favorisent l'adoption à grande échelle du transport électrique, notamment en proposant au consommateur des déductions fiscales et d'autres primes. Les acheteurs potentiels pourraient cependant se détourner de la voiture électrique si les fiches et les prises permettant de recharger les batteries n'étaient pas normalisées dans toute l'Europe.

Dans l'Union européenne, les transports sont responsables d'un quart des émissions de dioxyde de carbone, ou CO2, l'un des principaux gaz à effet de serre. La demande européenne de voitures à faibles émissions de CO2 a augmenté de 59 % l'année dernière — un record.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles