Chemin de navigation

Réfléchis avant de publier! - 09/02/2010

50 % des adolescents publient des informations personnelles sur le web, sans être toujours conscients des conséquences.

Un an après la signature d'un accord entre la Commission et 18 grands sites web en vue de renforcer la sécurité sur internet, un rapport d'évaluation fait état de résultats en demi-teinte.

Dans le cadre de cet accord volontaire, les sociétés avaient promis de prendre des mesures destinées à protéger les enfants fréquentant un des 25 sites de socialisation, dont Facebook, MySpace et YouTube. Deux autres sociétés les ont rejointes en juin.

Un an après, la plupart des sites offrent désormais la possibilité de bloquer des utilisateurs, de supprimer des contenus indésirables et de choisir qui peut lire les informations mises en ligne. La majorité d'entre eux fournissent également des consignes de sécurité aux mineurs, même si elles sont parfois difficiles à trouver ou à comprendre.

Toutefois, selon le rapport publié par la Commission à l'occasion de la Journée de l'internet plus sûr English , plus de la moitié des sociétés n'ont pas respecté leur engagement de paramétrer par défaut les profils et les listes de contacts des utilisateurs de moins de 18 ans comme étant «privés». En outre, de nombreux sites autorisent toujours les moteurs de recherche à trouver les profils des mineurs. Et même si la plupart comportent un lien permettant aux utilisateurs de signaler les problèmes, rares sont ceux qui répondent aux plaintes reçues.

«L'an dernier, la Commission européenne a invité les sociétés à agir, et je suis heureuse de constater que la plupart ont répondu à cet appel», a déclaré Viviane Reding, commissaire européenne responsable de la société de l'information. «Cependant, j'attends qu'elles en fassent davantage encore.»

Dans une étude distincte, l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information English recommande différents moyens pour réduire les risques liés à la publication d'informations en ligne.

Les sites de socialisation connaissent un succès grandissant, en particulier parmi les jeunes. Ces réservoirs d'informations privées font croire aux utilisateurs qu'ils communiquent avec un groupe d'amis proches, alors qu'en réalité des millions de personnes peuvent lire les informations les concernant. Les utilisateurs courent également le risque d'être la cible de publicités en ligne ou de prédateurs sexuels.

L'Union s'intéresse à la sécurité sur internet car le respect de la vie privée et la protection des données à caractère personnel sont des droits inscrits dans la législation européenne.

En savoir plus sur le programme de l'UE pour un internet plus sûr English

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles