Chemin de navigation

Une stratégie pour l'avenir des régions ultrapériphériques de l'UE - 23/10/2008

Coucher de soleil sur une plage bordée de palmiers © Reporters

Les projets de développement des régions ultrapériphériques visent notamment à exploiter leur potentiel dans le domaine de la recherche environnementale et pharmaceutique.

L’île de la Réunion, la Martinique, Madère: des noms qui évoquent les palmiers, les plages isolées et les flots bleus – mais bien plus rarement l'Union européenne...

Pourtant, ces régions font pleinement partie de l’Union, au même titre que les quatre autres régions ultrapériphériques de l’UE: la Guyane française, la Guadeloupe, les Açores et les Canaries.

Toutes sont des îles ou des archipels, à l’exception de la Guyane française, qui est située sur la côte septentrionale de l’Amérique du Sud. Les îles Canaries font partie de l’Espagne, les Açores et Madère, du Portugal, et les quatre autres régions sont des départements français. Leurs productions traditionnelles comprennent le thé, le vin, le rhum, les fruits, les fleurs et les plantes ornementales.

Si elles semblent avoir tout du paradis, les régions ultrapériphériques de l’UE souffrent néanmoins de sérieux handicaps économiques, dus à leur petite taille, à l’éloignement et à la difficulté du relief et du climat. Les secteurs de l'agriculture, de la pêche et du tourisme sont les principales sources d’emploi des quelque 4 millions d’habitants qui peuplent ces îles.

Consciente des limites des régions ultrapériphériques, l'Union européenne a adapté sa politique régionale à leurs besoins spécifiques. Si l’amélioration de l’accès, de la concurrence et des relations régionales ont longtemps été la grande priorité, la Commission veut maintenant aller plus loin et favoriser des projets de développement bénéficiant non seulement aux régions concernées, mais aussi à l'ensemble de l'Union européenne. L’objectif est de susciter un plus grand intérêt pour ces régions et de valoriser leurs atouts.

Ainsi, les régions ultrapériphériques présentent des caractéristiques géographiques et géologiques qui en font des laboratoires privilégiés pour la recherche dans un certain nombre de domaines, comme celui du changement climatique. En outre, leur biodiversité et leurs écosystèmes marins exceptionnels offrent de grandes perspectives d’innovation dans les secteurs pharmaceutique et agronomique.

L’Union européenne a prévu de consacrer 7,8 milliards d’euros au développement de ces régions de 2007 à 2013. De nombreux projets soutenus par l’UE démontrent déjà que ces régions peuvent apporter beaucoup à  l’Europe. C’est le cas notamment du projet de centrale électrique à des fins multiples sur l’île de Madère et du projet d’autonomie énergétique de la Réunion.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles