Chemin de navigation

L'UE appelle à agir pour enrayer la montée de l'extrémisme - 16/01/2014

Cecilia Malmström, commissaire chargée de la justice © UE

Dans un plan d'action en dix points, la Commission européenne invite les pays de l'UE à renforcer la lutte contre la menace de violences extrémistes.

Le plan appelle à renforcer les mesures préventives et coordonnées visant à lutter contre la radicalisation des terroristes potentiels et la menace croissante que représente l'extrémisme politique violent en Europe.

Soutenir les stratégies de sortie

Une des principales propositions consiste à multiplier les actions qui empêchent dès le départ de prendre part à des activités extrémistes, ou qui persuadent de renoncer à ces idéologies radicales. Pour atteindre cet objectif, la Commission souhaite que les pays de l'UE élaborent des programmes encourageant les extrémistes à quitter les milieux radicalisés et à abandonner la violence.

Le plan prévoit également de créer un pôle européen de connaissance qui permettra de partager l'information, les recherches et les bonnes pratiques en matière de lutte contre l'extrémisme politique. Une autre proposition vise à utiliser les forums de discussion sur internet et les médias sociaux pour combattre la diffusion de la propagande et les techniques de recrutement en ligne.

Lutter contre la radicalisation en dehors des frontières de l'Europe

Les mesures envisagées visent non seulement à empêcher les violences extrémistes à l'intérieur de l'Europe, mais aussi à dissuader les Européens qui se rendent à l'étranger de commettre des actes terroristes, de s'entraîner dans des camps terroristes ou de combattre dans les zones de conflit. Bien souvent, leur radicalisation s'accentue de ce fait davantage encore et, à leur retour en Europe, ils représentent une menace accrue pour la sécurité intérieure.

La Commission financera la formation des intervenants de première ligne — personnel des services répressifs et pénitentiaires et travailleurs sociaux, etc. — afin qu'ils puissent repérer et aider les personnes susceptibles de se rallier à des causes extrémistes.

Les dix recommandations sont le fruit de deux années de travail au sein du réseau de sensibilisation à la radicalisation (RSR). Créé en 2011 par la Commission, il rassemble 700 experts et intervenants de première ligne de toute l’Europe.

La Commission a prévu un budget de 20 millions d'euros pour contribuer à mettre en œuvre ces recommandations au cours des quatre prochaines années.

Communiqué de presse: Renforcer l'action de l’UE face à la radicalisation et à l’extrémisme violent

Réseau de sensibilisation à la radicalisation (RSR) English (en)

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles