Chemin de navigation

Traite des êtres humains: l'UE hausse le ton - 19/06/2012

Contre la traite des êtres humains, la Commission propose des mesures coordonnées visant à renforcer la protection des victimes et les moyens de poursuite des responsables.

En arrivant en France, Agnès, orpheline ivoirienne, pensait pouvoir suivre les études qu'on lui avait promises. Au lieu de cela, elle a été forcée de travailler comme domestique non rémunérée. Teodora, venue de Roumanie, est devenue contre son gré prostituée en Belgique.

Dans l'Union européenne, des centaines de milliers d'adultes et d'enfants sont ou ont été des esclaves des temps modernes, contraints à se prostituer, à mendier, à travailler dans les champs, à servir de domestiques ou à effectuer d'autres tâches pour un salaire dérisoire ou inexistant.

Selon un sondage English , 93 % des Européens estiment que les pays de l'UE doivent coopérer afin de mettre un terme à la traite des êtres humains. C'est pourquoi la Commission a établi une liste de mesures prioritaires que les États membres peuvent prendre ensemble au cours des cinq prochaines années pour mieux protéger les victimes et poursuivre les responsables plus efficacement:

  • aide aux victimes, et plus particulièrement aux enfants: élaboration d'une approche transfrontalière permettant aux pays de coopérer en matière de recherche et de protection des victimes, et fourniture d'une information claire aux victimes en ce qui concerne leurs droits dans l'UE;
  • renforcement de la prévention et réduction de la demande: financement de recherches permettant de mieux comprendre les ressorts économiques de la traite des êtres humains et d'apporter des solutions, et création d'une alliance paneuropéenne du secteur privé contre ce délit;
  • arrestation et poursuite des trafiquants: création de services d'enquête nationaux spécialisés afin de mener davantage d'enquêtes en coopération avec les agences européennes telles qu'Europol English;
  • renforcement de la coordination et de la coopération au sein de l'UE, avec les organisations internationales et avec les autres pays, création de réseaux européens d'ONG et d'autres groupes œuvrant à la protection des victimes dans l'UE et à l'étranger;
  • réaction efficace aux nouvelles tendances: mise en place d'un système d'échange d'informations à l'échelle européenne et soutien aux recherches consacrées à l'utilisation d'internet et des réseaux sociaux en vue de trouver des victimes potentielles.

Les étapes suivantes

Ces propositions vont être examinées par le Parlement européen et les gouvernements réunis au sein du Conseil. Elles viennent compléter une directive européenne adoptée l'an dernier, qui établit des normes communes en matière de poursuite des trafiquants et de protection des victimes. Les pays de l'Union européenne doivent transposer cette directive dans leur législation nationale d'ici avril 2013.

À partir de 2014, la Commission établira tous les deux ans un rapport sur les progrès engrangés par les États membres dans la lutte contre la traite des êtres humains.

En savoir plus sur l'action de l'UE en matière de lutte contre la traite des êtres humains English

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles