Chemin de navigation

Priorité aux victimes - 20/05/2011

Une femme assise par terre, la tête dans les mains © iStock/Aldo Murillo

La Commission propose de garantir aux victimes d'infractions un niveau minimum de droits dans toute l'Union européenne.

Un touriste polonais est agressé et grièvement blessé en visitant Paris. Un adolescent italien est attaqué en sortant d'une station de métro à Helsinki. Chaque année, 30 millions d'actes criminels sont enregistrés dans l'UE — et le nombre total de victimes pourrait atteindre 75 millions par an, compte tenu des nombreux délits qui ne sont pas signalés à la police.

Pour les victimes, le choc physique ou psychologique se double parfois d'une prise en charge inadaptée par des policiers ou des professionnels de la justice. Le problème est accru lorsqu'elles se trouvent à l'étranger et se heurtent à une langue et à un système juridique qu'elles ne connaissent pas.

Les législations des États membres dans ce domaine sont encore inégales. C'est pourquoi la Commission propose un ensemble de mesures garantissant aux victimes un même niveau de protection, de soutien et d'accès à la justice dans tous les pays de l'UE.

Ces mesures visent à:

  • garantir que les professionnels de la justice et les fonctionnaires de police soient formés à traiter les victimes et leurs proches avec respect et à les informer correctement sur leurs droits;
  • offrir une protection particulière aux victimes les plus fragiles telles que les enfants, les personnes handicapées ou les victimes de viol. On leur permettra, par exemple, de témoigner par vidéoconférence pour ne pas être directement confrontées à leur agresseur;
  • offrir aux victimes des services d'assistance psychologique et pratique. Une famille qui s'est faite cambriolée pourra ainsi recevoir de l'aide pour contacter un serrurier;
  • informer les victimes dans une langue qu'elles comprennent. Si nécessaire, une aide juridique et financière leur sera accordée pour couvrir les frais de déplacement et leur permettre d'assister au procès.
  • La Commission propose également la reconnaissance mutuelle des mesures de protection . Les victimes de violences conjugales, par exemple, auront ainsi l'assurance que la décision d'éloignement prise à l'encontre de leur agresseur continue de les protéger lorsqu'elles se déplacent dans un autre pays de l'UE.

    Enfin, les règles de l'UE en matière d'indemnisation, notamment en cas d'accident de la route, devraient être renforcées dans les prochaines années.

    En savoir plus sur la protection des victimes dans l'UE English

    Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

     

    Avez-vous trouvé l'information recherchée?

    Oui Non

    Que cherchiez-vous?

    Avez-vous des suggestions?

    Liens utiles