Chemin de navigation

Protéger les plus faibles - 29/03/2010

La Commission durcit la lutte contre la traite des êtres humains et l'exploitation sexuelle des enfants.

La Commission appelle à renforcer la législation contre la traite des êtres humains et l'exploitation sexuelle des enfants, estimant que l'Europe est en train de perdre la bataille contre ces délits.

Il existe peu de statistiques fiables sur le nombre de personnes victimes de traite des êtres humains, vers l'Union européenne ou sur son territoire, mais elles sont probablement plusieurs centaines de milliers, exploitées pour la plupart à des fins de prostitution ou de travail forcé. Pourtant, en 2006, année sur laquelle portent les chiffres les plus récents, seules 1 500 affaires de traite d'êtres humains ont été portées devant les tribunaux dans toute l'UE, et seules 3 000 victimes ont bénéficié d'une assistance.

La traite des êtres humains est une activité extrêmement lucrative. La plupart des passeurs sont des criminels professionnels bien organisés. Ils sont généralement établis en dehors de l'Union européenne, mais aujourd'hui, des réseaux s'étendent également sur le territoire des États membres, surtout depuis l'élargissement de l'Union vers l'Est.

La législation en vigueur devra être mise à jour, afin d'encourager les États membres de l'UE à poursuivre leurs ressortissants qui commettent des infractions dans d'autres pays et à recourir à des méthodes plus musclées, comme les écoutes téléphoniques, pour enquêter sur la criminalité organisée.

Les mesures prévues prônent également une plus grande cohérence dans l'application de la législation européenne d'un pays à l'autre et un renforcement de la protection des victimes et de l'aide à leur apporter. Des organismes nationaux indépendants devraient être mis en place pour contrôler la mise en œuvre.

En ce qui concerne l'exploitation sexuelle des enfants, la Commission veut à la fois des sanctions plus sévères et des traitements médicaux plus efficaces pour les auteurs de tels actes.

Les nouvelles mesures interdiront également aux coupables d'exercer des activités impliquant des contacts avec les enfants. Environ 20 % des délinquants sexuels récidivent après avoir été condamnés.

Des dispositifs devraient être mis au point afin de bloquer l'accès aux sites web à caractère pédopornographique.

Il ressort de différentes études qu'entre 10 % et 20 % des enfants en Europe seront victimes d'abus sexuel durant leur enfance, sous une forme ou une autre. Certains types de violence sexuelle sont en augmentation, y compris le nombre de sites web consacrés à la pédopornographie.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles