Chemin de navigation

À la rencontre des émigrants - 02/10/2008

Les portes du CIGEM à Bamako, au Mali

Le premier centre sur l'immigration situé en dehors des frontières de l'Union européenne va ouvrir ses portes.

Chaque année, des milliers d'Africains essaient de se rendre clandestinement en Europe au péril de leur vie. Leur quête d'une vie meilleure se termine souvent de manière tragique en mer.

Le nouveau centre ouvert à Bamako , la capitale du Mali (Afrique occidentale), a notamment pour mission de sensibiliser la population aux risques de l'émigration clandestine. Il fait aussi office de point d'information pour les candidats à l'émigration, qui peuvent y trouver des renseignements sur l'immigration légale et de l'aide en matière de formation professionnelle et de recherche d'emploi à l'étranger.

Le Mali est le candidat idéal pour ce projet pilote. Le pays est à la fois un point de transit pour les migrants qui se rendent en Europe et une source importante de main-d'œuvre pour les pays voisins. Quelque quatre millions de Maliens vivent à l'étranger: un chiffre énorme quand on sait que le pays compte en tout et pour tout 12 millions d'habitants. La plupart d'entre eux sont disséminés en Afrique occidentale, mais ils sont environ 200 000 à vivre en Europe.

Le Mali est l'un des pays les plus pauvres au monde. Le premier secteur économique y est l'agriculture, avec le coton comme principale source de revenus. Le pays dépend fortement de l'argent transféré par les émigrés, mais une grande partie de ces revenus partent en frais de transactions bancaires. C'est pourquoi le CIGEM évalue des propositions visant à réduire le coût de ces opérations.

Il travaille aussi avec les émigrés de retour au pays, pour faciliter leur réinsertion. La plupart des émigrés sont de jeunes hommes qui ne trouvent pas de travail chez eux. Ils sont partis de quelques mois à plusieurs années, laissant femmes, enfants et parents seuls pour diriger leurs exploitations familiales.

C'est en Europe que vivent la majorité des Africains ayant quitté le continent. Si beaucoup viennent d'Afrique du Nord, ils sont de plus en plus nombreux à être originaire de pays subsahariens tels que le Mali.

Le centre emploie une quarantaine de personnes et dispose d'un budget de quelque dix millions d'euros. Son ouverture officielle est fixée au 6 octobre.

Le Mali et les migrations: complément d'information .

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles