Chemin de navigation

Stimuler le secteur privé dans les pays en développement - 14/05/2014

Un paysan cueille des grains de café biologiques dans une plantation de café certifiée «commerce équitable» © iStock

La Commission européenne a présenté cette semaine un plan d'action visant à inciter le secteur privé à participer davantage aux efforts de développement fournis par l'UE dans les pays les plus pauvres de la planète.

Le secteur privé fournit déjà 90 % des emplois dans les pays en développement. Toutefois, l’UE estime qu'il est possible d'accroître les investissements du secteur privé dans les entreprises, notamment en combinant judicieusement les subventions et les prêts et en recourant à des instruments financiers innovants.

La Commission propose 12 actions pour promouvoir les investissements responsables dans les pays partenaires, notamment:

  • améliorer l'environnement réglementaire des entreprises;
  • soutenir le développement des entreprises;
  • améliorer l'accès au financement, en particulier pour les microentreprises et les PME.

Le plan d'action définit également des mesures visant à stimuler la participation du secteur privé dans des domaines tels que l’énergie et l'agriculture durables, les infrastructures, ainsi que d’autres domaines où la participation du secteur privé peut compléter l'aide au développement fournie par l’UE.

Principes directeurs

Le plan, qui donne la priorité à la création d'emploi, à la réduction de la pauvreté et à la croissance inclusive préconise d'adopter des approches différenciées selon le type d'entreprises et les contextes locaux. L’aide à la création d’entreprises, par exemple, devrait se distinguer du soutien aux multinationales.

L'UE ne soutiendra le secteur privé que dans la mesure où les entreprises se conforment aux normes environnementales, sociales et fiscales. Elles doivent notamment respecter les droits de l'homme et des peuples indigènes et les règles de bonne gouvernance.

Une aide ciblée

Une des priorités du plan d'action est de soutenir les projets menés par le secteur privé en vue d'aider les femmes, les jeunes et les plus démunis. Il préconise notamment: 

  • de mettre en œuvre une réglementation commerciale tenant compte des contraintes pesant spécifiquement sur les femmes;
  • de proposer des formations et d'autres formes de soutien aux femmes, qui rencontrent souvent des difficultés pour trouver un emploi ou créer une entreprise. 

L’UE souhaite également orienter davantage l’aide vers le secteur informel ou parallèle, qui peut représenter jusqu’à 80 % des entreprises dans les économies en développement. Elle propose notamment de fournir des formations et de l'expertise aux associations de producteurs, de renforcer la sécurité sur les lieux de travail et d'améliorer l'accès aux marchés, au financement, aux infrastructures et aux services sociaux.

Communiqué de presse: L'UE renforce le rôle du secteur privé dans la mise en place d'une croissance inclusive dans les pays en développement

Nouvelle communication de l'UE sur le secteur privé English

Commission européenne – Développement et coopération

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles