Chemin de navigation

L'UE se prépare à accueillir de nouveaux membres - 05/11/2008

Caravansérail Ekmekçizade, Turquie © CE

La Croatie pourrait devenir le 28e membre de l'Union européenne.

Un rapport sur les pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne indique que la Croatie pourrait conclure les négociations d'ici la fin 2009, ce qui permettrait à cette ancienne république de 4,4 millions d'habitants d'envisager son entrée dans l'UE dès 2011.

Il reste cependant un long chemin à parcourir pour sept autres pays qui frappent à la porte de l'Union. Si tous sont bien engagés sur la voie de l'économie de marché, ils ont encore de gros progrès à faire pour appliquer les principes de l'État de droit. Dans presque tous les pays, Croatie comprise, la corruption et le crime organisé demeurent des obstacles majeurs à l'adhésion.

Pour devenir membres de l'UE, les pays doivent en effet respecter une longue liste de critères politiques, juridiques et économiques. La Commission, responsable de ce processus, publie chaque année un rapport de suivi sur les progrès réalisés.

Aujourd'hui, la Croatie, la Turquie et l'ancienne République yougoslave de Macédoine sont les trois pays officiellement reconnus candidats à l'adhésion à l'Union européenne. Cinq autres pays des Balkans occidentaux — l'Albanie, la Bosnie-et-Herzégovine, le Monténégro, la Serbie et le Kosovo — sont considérés comme des candidats potentiels.

Des trois candidats officiels, seules la Croatie et la Turquie ont entamé les négociations d'adhésion. Le rapport de suivi indique que l'ancienne République yougoslave de Macédoine, troisième candidat officiel, ne remplit pas encore les conditions nécessaires à l'ouverture de ces négociations. Les réformes politiques n'ont en effet toujours pas été achevées dans ce pays, notamment en ce qui concerne la tenue d'élections libres et équitables. Selon le rapport, les élections législatives de l'année dernière ont été entachées de graves irrégularités. Le pays doit également lutter contre la corruption, réformer la fonction publique et stimuler l'emploi.

La Commission a salué l'aide apportée par la Turquie pour stabiliser la région du Caucase lors du conflit qui a opposé cet été la Russie et la Géorgie. Elle rappelle néanmoins que la Turquie doit accélérer les réformes. La Turquie a entamé les négociations d'adhésion en octobre 2005, en même temps que la Croatie.

La Serbie, elle, pourrait obtenir le statut de candidat officiel en 2009. Cela dépend cependant beaucoup des progrès qu'elle aura réalisés dans les domaines clés de l'État de droit et des réformes économiques, ainsi que de sa coopération avec le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.

L'Albanie, le Monténégro et la Bosnie-et-Herzégovine enregistrent également des progrès, mais là aussi, la corruption et le crime organisé demeurent de sérieux problèmes. L'Albanie en particulier doit garantir le bon déroulement des élections législatives qui se tiendront l'année prochaine. Le Monténégro doit poursuivre la mise en œuvre de sa réforme judiciaire.

En Bosnie-et-Herzégovine, les réformes sont freinées par les tensions politiques qui compromettent les progrès accomplis jusqu'à présent. Le processus d'intégration à l'UE du Kosovo, qui a déclaré son indépendance en février dernier, en est toujours au stade embryonnaire, mais la Commission présentera l'année prochaine une étude sur la façon d'accélérer ce mouvement.

En savoir plus sur l'élargissement de l'Union européenne

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles