Chemin de navigation

Les enjeux mondiaux au cœur du sommet UE–États-Unis - 11/06/2008

José Manuel Barroso, président de la Commission, George W. Bush, président des États-Unis, et Janez Janša, premier ministre slovène

Les dirigeants de l’UE et le président des États-Unis se sont rencontrés le 10 juin à Brdo, en Slovénie. Au menu des discussions: le commerce, le climat, l’énergie et la politique étrangère.

Les grands problèmes auxquels l’UE et les États-Unis font face – changement climatique, cours du pétrole et prix des denrées alimentaires – requièrent une action urgente, qui sera bien plus efficace si les deux régions travaillent main dans la main.

Les dirigeants ont discuté des effets du changement climatique, de la flambée des cours du pétrole et de l'insécurité énergétique sur les grandes économies mondiales, en insistant notamment sur les transports et les énergies à faible densité de carbone et sur les nouvelles technologies «vertes».

L’UE attend des États-Unis qu'ils participent plus activement à la lutte contre le changement climatique. Le président Barroso a déclaré que l'UE espérait parvenir à un accord post-Kyoto à Copenhague en 2009,  qui permettrait aux deux régions de montrer l'exemple au reste du monde. Le président Bush, pour sa part, attend toujours de la Chine et de l’Inde qu’elles s'impliquent dans la lutte contre le changement climatique.

La coopération entre l'UE et les États-Unis repose sur des bases solides,  même si des divergences existent, notamment au sujet de la peine de mort ou de la limitation contraignante des émissions de dioxyde de carbone. M. Barroso et M. Bush, qui assistait à son dernier sommet UE–États-Unis, ont rappelé l'importance de bonnes relations entre les deux régions: en unissant leurs forces, l’UE et les États-Unis sont plus puissants sur la scène internationale et mieux à même d'aider les autres pays, en particulier les pays en développement.

L’une des conclusions du sommet réjouira sans doute plus d’un voyageur européen se rendant souvent aux États-Unis. L’exemption de visa pour entrer dans ce pays,  qui ne s’applique actuellement qu’à 15 États membres de l’UE (14 des «anciens» pays membres, plus la Slovénie), pourrait être étendue. Ainsi, le souhait de l’UE de voir les 27 États membres bénéficier du même traitement semble en bonne voie de se réaliser.

Lors du sommet 2007, les deux régions avaient conclu un accord visant à faciliter les échanges et les investissements transatlantiques. Pari gagné: on estime aujourd'hui que cet accord a permis aux entreprises européennes et nord-américaines d'économiser quelque 6,5 milliards d’euros.

Si vous souhaitez en savoir plus, veuillez consulter la déclaration conjointe UE–États-Unis publiée après le sommet.

Choisir le contraste élevé Choisir la taille de caractères normale Augmenter la taille des caractères de 200 % Envoyer cette page à quelqu'un Imprimer cette page

 

Avez-vous trouvé l'information recherchée?

Oui Non

Que cherchiez-vous?

Avez-vous des suggestions?

Liens utiles